Accueil > Groupes AJCF locaux > Ile de France > Paris Ouest > Archives > Mardi 13 mars 2018 - Le Chambon-sur-Lignon et les Montagnes-refuges durant la 2ème Guerre mondiale

Mardi 13 mars 2018 - Le Chambon-sur-Lignon et les Montagnes-refuges durant la 2ème Guerre mondiale

Par Patrick Cabanel, historien, directeur d’études à l’École pratique des hautes études
Mardi 13 mars 2018, 18h30
70 rue Jouffroy, Paris 17ème, métro Wagram

"Nous ne faisons pas de différence entre juifs et non juifs. C’est contraire à l’enseignement évangélique".

Voilà ce que déclaraient le 10 août 1942 des élèves de Chambon-sur-Lignon à un ministre du gouvernement de Vichy en visite officielle. Le plus incroyable est que ces paroles de résistance spirituelle, inspirées par les pasteur Trocmé et Édouard Theis, furent suivies d’effet, et correspondaient même à l’engagement de toute une population : celle du Plateau Vivarais-Lignon, rude pays semé de villages et de hameaux dispersés, celle qu’on nomme "La Montagne". Des centaines de réfugiés juifs et non juifs ont été accueillis, cachés, protégés et souvent exfiltrés vers la Suisse. En 1990, Israël a reconnu toute la région et ses habitants comme « Justes parmi les nations"

Comment une telle opération de sauvetage a-t-elle pu avoir lieu ? Quelles en sont les racines profondes sur le plan historique, social et religieux ? Quelle typologie des terres de refuge peut être proposée, en prenant notamment appui sur l’exemple des Cévennes (Gard et Lozère) ?

Patrick Cabanel est un historien français, directeur d’études à l’École pratique des hautes études, titulaire de la chaire Histoire et sociologie des protestantismes. Ses travaux portent sur la construction de la République laïque et de son école, l’histoire des minorités religieuses, les résistance à la Shoah. Parmi ses ouvrages figure L’ Histoire des protestants en France, XVIe - XXIe siècle. Il a dirigé avec Philippe Joutard, Jacques Sémelin, Annette Wieviorka l’ouvrage collectif "La Montagne refuge" paru en 2013 chez Albin Michel. Il le dédicacera à l’issue de sa conférence.