Accueil > Documentation > Culture > Lectures > Livres > Des pionnières du dialogue judéo-chrétien

Des pionnières du dialogue judéo-chrétien

Olivier ROTA
CATHOLIQUE ET TRAVAIL SOCIAL EN MILIEU JUIF
Les Ancelles de Notre-Dame de Sion (1926-1964)

Eds du Cerf, Sept 2019, 274 p., 26€.

Recension du livre par Paule MARX

Olivier ROTA, docteur en sciences des religions, écrit cet ouvrage, dans le cadre des études qu’il poursuit au Centre de recherche et d’études-Histoire et Sociétés-de l’Université d’Artois, et à l’Institut d’Études des Faits Religieux, IEFR. Ce livre répond à un projet de Françoise Pastré qui, lorsqu’elle confie ses archives à la Congrégation de Sion, lui demande d’étudier l’expérience menée entre 1927 et 1964, par un petit groupe de jeunes femmes provenant d’une œuvre caritative de Palestine, hébergé ensuite à ND de Sion. Ce projet fournit à O. Rota un exemple de découverte et d’implantation d’un apostolat nouveau qu’il peut replacer dans un contexte plus large, l’apostolat de témoignage, qui souvent « se dérobe à bien des égards au regard de l’historien » (p. 17).
Dans son introduction l’auteur rappelle la prise conscience de la déchristianisation au XIXe siècle dans l’Église catholique, qui s’efforce de s’orienter vers un autre apostolat que l’apologétique, et qui encourage le « double apostolat de la parole et des œuvres » (p. 11), les missions. Il montre, au tournant du XXe siècle, l’importance de Rerum Novarum, la mise en place de l’action sociale et de différents modes d’apostolats de l’esprit de croisade à l’humilité du témoignage.

L’ouvrage suit la chronologie en notant soigneusement le contexte dans lequel travaillent les Servantes de Notre-Dame Reine de Palestine , ou Ancelles, d’abord près de Jérusalem à Rafat de 1927 à 1937, puis en France pendant la Seconde guerre mondiale, et dans un cadre plus international après la guerre. Dans chacune de ces périodes si différentes les activités évoluent et s’adaptent aux besoins. Sans reprendre le détail de chacun des huit chapitres du livre qui analyse ces initiatives, il est intéressant de souligner quelques caractéristiques de l’apostolat qui les suscite et qui constituent le cœur du livre.

En premier, cet apostolat est essentiellement orienté vers les juifs. Cette spécificité n’est pas tout à fait nouvelle, la Congrégation de ND de Sion s’y était engagée au milieu du XIXe siècle à la suite des frères Ratisbonne et c’est elle qui en 1937 accueille le petit groupe des Ancelles, appelé par le Patriarche latin de Jérusalem depuis 1927 pour travailler dans le secteur social en milieu juif. En réalité, comme les Sœurs de Sion à Jérusalem, elles interviennent surtout auprès des musulmans et de la population la plus pauvre.

O. ROTA rappelle l’influence importante de la situation en Palestine et en France sur l’évolution de l’apostolat. En effet, dès le XIXe siècle, les Sœurs de Sion s’étaient orientées avec succès vers l’enseignement des filles, en accueillant des élèves d’origine juive. Et la Congrégation avait accepté à partir de 1903 de participer et de gérer l’API, Association de Prière pour Israël qui devint même une Archiconfrérie. Mais remarque O. Rota
« Cet apostolat de prière participe d’une stratégie missionnaire indirecte ».
en favorisant en milieu catholique
« la transformation de la haine antijuive en une juste préoccupation pour le salut des Juifs », p. 32
De leur côté les Ancelles sous l’autorité du Patriarche de Jérusalem ont pour mission de
« …travailler à la conversion des musulmanes et des juives, par le biais de diverses œuvres Ancelles sociales… », p. 48,
une mission qui est apparue très difficile auprès des populations juives dans un contexte politique très fragile et a incité à la fusion avec les Sœurs de Sion.

De retour en France les Ancelles se trouvent à Paris avec les autres sœurs. Elles s’engagent dans le quartier juif du Marais, en organisant un centre social, avec l’aide de quelques sœurs et de Madame Girardy, une ancienne élève de Sion, juive convertie au catholicisme. Pendant la guerre, le centre du Marais fonctionne en liaison avec la Mairie, il continue à accueillir les enfants juifs les plus pauvres et à organiser des colonies de vacances dans un domaine de la Congrégation. Quelques Sœurs de Sion et des Ancelles participent discrètement au sauvetage de Juifs à Paris, Grenoble, Marseille.
L’auteur, après toute la description des engagements de la Congrégation et des Ancelles, conclut :
« la recherche de conversions cède le pas à la solidarité », p. 93,
et il souligne avec Madeleine Comte :
« ces conversions ont été peu nombreuses au regard du nombre de familles et d’individus aidés. »

La période de l’après-guerre connaît deux vagues d’expansion des Ancelles dans le monde, de 1947 à 1951 à Rome, Anvers, Budapest, Montréal et Jérusalem, puis de 1957 à 1960, à Rome, Tunis, Fez, Barcelone et Israël (chapitres 5 et 7). Cette époque correspond au développement d’un nouvel apostolat qu’O. Rota situe dans l’immédiate après-guerre. Il replace les recherches des Ancelles dans le développement d’une « spiritualité du travail » avec l’expérience des prêtres-ouvriers en France et « le témoignage … comme forme majeure d’évangélisation », p. 95.
En s’appuyant sur le Bulletin des Ancelles, il décrit leurs nouveaux « objectifs apostoliques », p. 110 et suivantes :
la prohibition d’un « prosélytisme intempestif »,
la lutte contre « le zèle ‘excessif et mal éclairé’ caractéristique des nouveaux convertis »,
et surout
« les Ancelles tiennent pour négligeable leur intervention : elles ne peuvent que devancer l’action de grâce…mais la conversion n’est pas leur fait »
Cependant les Ancelles considèrent toujours l’œuvre sociale comme un « travail apostolique ».
Les Ancelles approfondissent leur vocation, aidées principalement par deux dominicains les PP Dubois et Kopf. À l’école de quelques nouvelles communautés, elles élargissent leur « horizon apostolique » :
« Les Ancelles approfondissent le sens de leur mission de témoignage… », p. 157.
« Les Ancelles définissent leur vocation dans l’ouverture qu’elles peuvent apporter entre ‘Israël’, ‘Ismaël’ et chrétiens », elles « reconstruisent leur apostolat sur une attention première aux pauvres, au déshérités… », p. 159.
L’apostolat des Ancelles est alors marqué par « le renouveau que connaît la pensée chrétienne du judaïsme », chapitre 8. De 1960 à 1962, elles sont guidées par le P. Michel de Goedt, sous la responsabilité de Paul Démann, qui les aident « à approfondir leur vocation et leur compréhension du ‘mystère d’Israël’ ». Cette nouvelle orientation est révolutionnaire à cette date, p. 193, et cependant elle paraît nécessaire après la désastreuse affaire Finaly pour entraîner une évolution vers un autre « dialogue avec le monde juif », p. 198.

Bien évidemment toutes ces nouvelles modalités d’apostolat ont des conséquences sur les modes de vie religieuse et par là même sur les relations à l’intérieur de la Congrégation de Sion qui comporte trois branches, un petit groupe de contemplatives, des enseignantes qui sont les plus nombreuses, et les Ancelles qui ont beaucoup essaimé depuis leur création. O. Rota décrit de façon très claire les modifications du statut des Ancelles, afin d’essayer de régler au mieux les difficultés apparues au fil des années de cohabitation entre les trois branches dont les vocations s’étaient éloignées
-  Un premier assouplissement se fait sentir dans les années 1950-1953, chapitre 6.
« L’adoption d’un Coutumier au début de l’année 1950 constitue un signe fort de reconnaissance de la spécificité du mode de vie des Ancelles par le gouvernement central de la Congrégation », p. 148.
Au chapitre général de 1951, la supérieure des Ancelles est « promue au titre officiel d’Officière générale », c’est-à-dire qu’elle « obtient le droit de porter toute question relevant de l’intérêt des Ancelles devant le Conseil central » p. 153.
Les Ancelles mettent en place de nouvelles résidences où elles bénéficient d’une certaine « liberté conventuelle » qui oblige à trouver un cadre nouveau au vœu d’obéissance.
Ces innovations ne sont pas du goût de toute la Congrégation. Les Ancelles sont tiraillées entre les différentes instances de décision, qui ne tiennent pas assez compte des obligations de leur vie professionnelle, et le manque de pouvoir de leur propre supérieure.
-  En 1959 pour la première fois c’est une Ancelle, Françoise Pastré, qui est nommée supérieure de cette branche, p. 194.
Cette dernière partie du livre décrit les différents aspects d’une longue crise qui se poursuit de 1958
à 1964 et se termine par la séparation. L’auteur insiste sur les incompréhensions entre les générations d’Ancelles et surtout les incompréhensions entre les autorités de la Congrégation qui aboutissent à Rome. Ce chapitre et les conclusions bien menés sont intéressants comme exemple des espoirs et des crises parfois douloureuses dans les communautés religieuses pendant le Concile de Vatican II, ils font aussi le lien avec les transformations de l’apostolat de la Congrégation de Sion.

Cet ouvrage répond bien à la demande formulée par Françoise Pastré. Il comporte des annexes très utiles pour approcher la spiritualité de l’époque, il s’appuie sur des archives abondantes, et sur les recherches variées concernant l’apostolat catholique ainsi que les relations juifs-chrétiens au XXe siècle. La composition et le style d’Olivier Rota en facilitent la lecture, tout en éclairant les questions difficiles autour des changements de l’apostolat catholique en milieu juif.

Paule MARX