Accueil > Documentation > Judaïsme et christianisme > Glossaire > les mots du Glossaire > Circoncision

Circoncision

Glossaire : Des mots pour dialoguer

La circoncision est souvent considérée par ceux qui ne la pratiquent pas comme un acte barbare, et parfois assimilée de manière abusive, puisqu’il ne s’agit pas d’une mutilation, à l’excision des filles dans certaines cultures.

Depuis l’abandon par Paul (Rm 2,28-29) de la circoncision pour les païens convertis au christianisme, les chrétiens ont tendance à lui opposer la circoncision du cœur, seule forme, selon eux, d’authentique spiritualité, et propre uniquement au Nouveau Testament ; la circoncision de la chair se limitant alors à un geste purement charnel, à une rémanence de coutumes tribales. C’est oublier que la notion de circoncision du coeur est déjà ordonnée dans Deutéronome 10,16 et 30,6 , de même dans Jérémie 9,25.
La Berit Milah, littéralement « alliance de la circoncision », est pratiquée le huitième jour de la vie d’un enfant de sexe masculin. Toutefois, cet acte est différé de quelques semaines si l’enfant est prématuré ou trop faible pour le supporter. La circoncision est une intervention très rapide, pratiquée par un spécialiste, le Mohel. Elle est enseignée à Abraham par Dieu en Genèse 17,9-14 (et rappelée dans Lévitique 12,3) : « Dieu dit à Abraham : Pour toi, sois fidèle à mon Alliance, toi et ta postérité après toi dans tous les âges. Voici le pacte que vous observerez, qui est entre moi et vous, jusqu’à ta dernière postérité : circoncire tout mâle d’entre vous...". Ainsi, pour tous les Juifs, elle devient signe de l’Alliance dans la chair.

Elle est aussi pour le couple une façon de placer la relation sexuelle sous le signe de la sainteté. Pour le judaïsme, le couple est le lieu privilégié de la transmission de la vie et de son inscription dans l’Histoire. Ce sont les enfants qui assurent la ontinuité de celle-ci : le mot hébraïque Toledoth signifiant à la fois « engendrement » et « récit ». Les enfants qui naissent assureront la pérennité de l’Alliance comme Dieu l’a demandé.

Le peuple Juif a maintenu ce rite, même aux heures les plus sombres de son histoire. Sa fidélité répond à cette exigence de Dieu d’inscrire ainsi l’Alliance dans la chair des nouveaux-nés, et ce, dans tous les courants du judaïsme, jusqu’à ce jour, et « jusqu’à sa dernière postérité. »

Quelques lectures :
- Qui est-il ton Dieu ? Des Juifs et des chrétiens s’interrogent sur l’Alliance ; Sidic, Desclée de Brouwer, 2003
- Le souci des autres, au fondement de la loi juive, Gilles Bernheim, Calmann-Lévy, 2002
- Lire aux éclats, Eloge de la caresse, Marc-Alain Ouaknin, Le Seuil, 1994, coll. Points, Essais
- Brit Mila, la circoncision, Paysach J. Krohn, Ed. du Sceptre, Paris 2003

NB : Le Glossaire n’a d’intérêt que s’il résulte d’une recherche collective. Nous attendons vos remarques et vos critiques sur le travail présenté, mais aussi vos propositions de mots et d’analyses.

pour réagir, pas de commentaire, envoyez un mail à ajcf.glossaire@laposte.net