Accueil > Menu > AJCF Nationale > Textes de Jean-Dominique Durand, président


Textes de Jean-Dominique Durand, président


La Conférence de Seelisberg (30 juillet-5 août 1947)

Éditorial de Jean-Dominique Durand
25 mai 2022

Les anniversaires ont le mérite de susciter de nouvelles études et surtout de mesurer le chemin parcouru depuis l’événement commémoré. C’est le cas de la Conférence de Seelisberg qui rassembla, dans ce petit village suisse (canton d’Uri) soixante-dix personnalités juives, protestantes, catholiques, venues de dix-neuf pays, du 30 juillet au 5 août 1947, il y 75 ans à l’invitation de l’International Council of Christians and Jews (ICCJ) ; ce sera le cas en 2023 pour les 75 ans de l’AJCF fondée en 1948 et les 60 ans du décès de son fondateur Jules Isaac. Depuis plusieurs semaines, l’ICCJ publie régulièrement des commentaires de personnalités actuelles liées au dialogue judéo-chrétien. Ils sont consultables sur son site web. Ces documents constituent un ensemble documentaire remarquable en raison de son caractère résolument international. Ils invitent à poursuivre sur le chemin ouvert à Seelisberg, dans un contexte radicalement différent.

Suite

Mobilisation contre l’antisémitisme. La Journée du 20 mars 2022

Le 20 mars dernier, l’Amitié Judéo-Chrétienne de France a organisé une Journée nationale de lutte contre l’antisémitisme. L’on trouvera ci-après le livret de présentation remis à tous les participants, ainsi que l’introduction et la conclusion de la Journée par le président de l’AJCF. La revue Sens publiera les différentes interventions.

En ce jour des dix ans des attentats de Montauban et Toulouse, du massacre à l’école Ozar Hatorah de trois enfants juifs, Myriam Monsonego, 8 ans, Arié Sandler 5 ans, Gabriel Sandler 3 ans, et de leur père enseignant, Jonathan Sandler 30 ans, alors que la haine antisémite n’a cessé de progresser et de s’affirmer sans complexe, nous avons voulu insister sur la question de la responsabilité. Quelle est la responsabilité des institutions, des religions, des médias, des intellectuels, en fait de tous les citoyens, de chacun d’entre nous, pour contrer la diffusion de ce virus aux innombrables variants, qu’est l’antisémitisme ?

La notion de responsabilité a été déclinée tout au long de la journée.

- Livret de présentation des interventions en lien avec la journée du 20 mars
- Enregistrement des interventions, textes de l’introduction et de la conclusion du président de l’AJCF, photos
- Echo de la manifestation dans la newsletter du CRIF, 28 mars 2022

Suite

Courrier de Jean-Dominique Durand au journal La Croix

Dans l’édition du 8 mars 2022, le journal La Croix publie le courrier suivant adressé par Jean-Dominique Durand, président de l’AJCF
“ Je remercie La Croix pour les articles très intéressants et justes sur les enjeux religieux de la guerre qui se déroule en Ukraine, aspect important pour comprendre combien le poids du passé pèse et en même temps éclaire les événements actuels. Cependant dans ce contexte, le poids du judaïsme me paraît sous-estimé. L’Ukraine est une terre de sang pour les juifs victimes de pogroms nombreux, répétitifs et cruels, parachevés par la Shoah par balles bien étudiée par le père Patrick Desbois.

Suite

Ukraine : oser une Paix européenne

Jean-Dominique Durand
Président AJCF

Dans la nuit du 23 au 24 février 2022 une nouvelle page de l’histoire de l’Europe s’est ouverte dans le sang et dans la fureur des bombardements. Vladimir Poutine entend effacer par la force l’histoire des trente dernières années, les années de la fin de l’Union soviétique, et de l’affirmation de nations indépendantes, tournées vers la démocratie et l’Union Européenne. Il rêve d’un retour à la domination de la Russie sur les nations voisines, dans un esprit impérialiste d’inspiration tout à la fois tsariste et stalinien. Sa méthode, c’est l’intimidation, puis la guerre qui doit conduire à la soumission totale.

Suite

La manipulation de l’Histoire : un danger pour la Paix

Jean-Dominique DURAND, président de l’AJCF
Tribune publiée dans La Croix du 13 décembre 2021

Cinq ans après deux résolutions votées par l’UNESCO (15 avril et 18 octobre 2016) occultant le lien historique et religieux entre le peuple juif et le Mont du Temple de Jérusalem avec son Mur occidental, c’est l’ONU cette fois qui reprend à son compte cette forme de négationnisme. Le 1er décembre 2021, l’Assemblée générale des Nations Unies a voté un texte intitulé La résolution de Jérusalem à l’initiative de l’Autorité palestinienne et de divers États arabes. Ce texte porte une attaque contre la politique de l’État d’Israël en s’appuyant sur une réécriture de l’histoire religieuse. Ce qui est particulièrement choquant, c’est la volonté de faire de ce lieu, comme en 2016, un site islamique, un site uniquement islamique. Le Mont du Temple est aussi le lieu le plus sacré du judaïsme, là où se trouvait le Temple construit par Hérode et détruit en 70.

Le texte de l’ONU appelle en effet à « maintenir inchangé le statu quo historique de l’esplanade des Mosquées, verbalement et en pratique » ; le texte en anglais est encore plus explicite puisqu’il utilise le nom arabe Haram al-Sharif, « le Noble Sanctuaire », qui donne une connotation clairement religieuse, ne retenant que le nom musulman du lieu. Celui-ci est de fait le troisième lieu saint de l’islam après La Mecque et Médine. Et l’on insiste, en précisant in Word, c’est-à-dire dans l’usage du nom. Le nom donné à ce lieu par les juifs et les chrétiens, à savoir le Mont du Temple, est exclu. Bizarrement, le texte en français retient le terme plus édulcoré « esplanade des Mosquées », expression très répandue en France. Cette variation dans la désignation peut faire penser à une certaine hésitation du rédacteur, mais la version anglaise est la plus importante, parce que la plus répandue.

Suite

Vichy, par Jean-Dominique Durand - Président de l’AJCF

L’Assemblée Générale de l’AJCF s’est tenue à Vichy les 24 et 25 octobre. Nous avons vécu dans cette ville si marquée, pour ne pas dire stigmatisée, par l’installation du gouvernement du maréchal Pétain entre 1940 et 1944, des moments forts et inoubliables grâce à la qualité de l’organisation par nos amis du groupe de l’Amitié Judéo-Chrétienne, qui porte le beau nom de Jacob Kaplan. Je remercie vivement au nom de toute la fédération de l’AJCF, son Président, le père Jean-Paul Chantelot, son Bureau en particulier Odette Galeski et leur équipe. Je remercie aussi pour son soutien, la Ville de Vichy et son maire Monsieur Frédéric Aguilera. Non loin de Vichy, à Riom, notre fondateur, Jules Isaac a vu sa famille arrêtée, et envoyée vers le néant. C’est à Vichy que la République a abdiqué ; les décisions les plus abjectes de collaboration avec les autorités nazies y ont été prises, engageant la France dans le déshonneur. Les Statuts excluant les juifs de la communauté nationale ont été signés à Vichy, et c’est dans cette ville qu’ont été prises les décisions concernant les rafles. Mais à Vichy, des résistants se sont dressés pour sauver le pays, certains, fonctionnaires, avec habileté et courage pour contrer des décisions perverses, d’autres parmi lesquels le gendre et le fils de Jules Isaac, avec les armes spirituelles ou les armes classiques, dans un combat inégal. Les grands leaders religieux, le Pasteur Marc Boegner, le Cardinal Pierre-Marie Gerlier, archevêque de Lyon, le Grand Rabbin Jacob Kaplan sont venus à Vichy, dans l’espoir de ralentir la machine infernale. Porter à leur suite les paroles du courage, de l’amitié et de la paix c’est pour l’AJCF rester fidèle à Jules Isaac et à tous ceux qui se sont battus, ici-même à Vichy, pour la paix et pour l’honneur de la République.

Curieusement, l’État dit de Vichy revient dans le débat public à l’approche d’une élection cruciale pour l’avenir de notre pays et de l’Europe, mais avec la volonté délibérée de certains de déformer la réalité historique. L’instrumentalisation de l’Histoire est un exercice politique dont les dictatures sont expertes. Hélas, réécrire l’Histoire est une tentation auxquelles nos démocraties cèdent de plus en plus. On en voit les effets délétères en Pologne et en Hongrie, États membres de l’Union Européenne, mais où se perpétuent des méthodes de gouvernement héritées du communisme. La France n’y échappe pas dans le contexte d’une société française profondément divisée. De la construction de l’identité nationale au régime dit de Vichy, en passant par l’Affaire Dreyfus, tout semble devoir être réécrit toujours dans l’intention de susciter des polémiques sans fin. On pourrait regarder cela avec mépris si un poison n’était insidieusement répandu, celui du doute universel, et surtout si les médias ne leur donnaient pas une diffusion des plus ambiguës.

Suite

Communiqué de presse : Assez de la haine antisémite !

Jean-Dominique Durand, Président de l’AJCF-20 Août 2021

L’Amitié Judéo-chrétienne de France exprime son indignation face à la vague de haine antisémite qui submerge notre pays, qui s’exprime au grand jour et sans honte dans les manifestations contre le vaccin anticovid et le passe sanitaire. Dans un premier temps les manifestants ont fait référence d’une manière obsessionnelle au nazisme, aux rafles, à la Shoah, à Auschwitz, aux chambres à gaz, ils détournent de l’étoile jaune imposée aux juifs sous l’Occupation pour faire croire à une persécution généralisée des Français en 2021.On était déjà dans l’ignominie, dans la volonté de banaliser les horreurs subies par les juifs entre 1933 et 1945. On est passé aux slogans antisémites, à la dénonciation nominative de personnalités juives ou supposées juives accusées d’être responsables de la crise sanitaire, aux attaques contre Simone Veil grande figure de la République.

Suite

Causabilité diabolique

Éditorial de Jean-Dominique Durand, président de l’AJCF

Notre pays va mal. Les manifestations qui se sont multipliées au début de l’été contre les soi-disant menaces contre la Liberté et la Démocratie, perdurent de semaine en semaine. Les images que nous avons pu voir, relayées par les médias, les slogans que nous avons pu lire, les propos que nous avons pu entendre – et ce n’est pas fini – nous laissent en état de sidération. La référence obsessionnelle au nazisme, aux rafles, à la Shoah, à Auschwitz, aux chambres à gaz, le détournement de l’étoile jaune imposée aux juifs sous l’Occupation – pour faire croire à une persécution généralisée des Français en 2021, tout cela interroge sur les motivations profondes de ces gens que nous voyons et entendons éructer, injurier, et tout mélanger. Les étoiles jaunes portant l’inscription « sans vaccin » écrite avec les mêmes lettres gothiques que « Juif » autrefois, relève de la honte pure, tant c’est une injure pour ceux qui l’ont réellement portée comme Monsieur Joseph Szwarc aujourd’hui âgé de 94 ans, que pour leurs descendants comme l’a exprimé avec douleur Marc Knobel. On est là dans l’ignominie. L’étoile jaune - portée par les enfants dès l’âge de six ans - a succédé à toute une série de mesures imposées aux juifs français par le gouvernement de Vichy pour les recenser, les identifier, les marginaliser, les persécuter en leur interdisant toutes sortes de professions, les empêcher d’étudier, les ruiner en « aryanisant » leurs biens, pour mieux préparer grâce à l’identification publique par l’étoile jaune, leur déportation et leur élimination dans des conditions effroyables.

Comment interpréter cette obsession pour Vichy et le nazisme (« passe sanitaire = passe nazitaire » lit-on sur des pancartes !) ? Pourquoi grimer le Président de la République en Hitler, et non en Staline, ou en Mao ? Les dictateurs effroyables ne manquent pas dans l’histoire du XX° siècle, bien plus sanguinaires qu’Emmanuel Macron ! S’agit-il d’ignorance, de sottise, de crétinerie, d’inculture ? De nombreux commentateurs l’ont écrit pour s’en indigner. C’est sans doute vrai pour certains individus en mal d’imagination. Mais pour la plupart de ces manifestants, qui avaient déjà sévi avec les gilets jaunes, qui se retrouvent dans les rangs d’une droite extrême ou d’une gauche radicale, les mots ont un sens, et ils le connaissent. Ce n’est pas de l’ignorance : tous ont suivi des cours d’histoire, certains ont dû participer à des commémorations, peut-être même visiter des camps. C’est plutôt de la perfidie, une volonté délibérée de banaliser le crime contre l’humanité, de ridiculiser la signification réelle de l’étoile jaune. On peut faire la même remarque à propos de la Résistance, tournée en dérision dès lors que l’on met sur le même plan les combats héroïques des résistants, de « l’Armée des ombres » comme Joseph Kessel les nomme avec admiration, et les manifestations du samedi. Ce n’est pas un hasard si les mêmes personnages utilisent le même type de sémantique à propos d’Israël : « génocide des Palestiniens », État fondé sur « l’apartheid », mensonges délibérés, détournement des mots, relativisation des réalités du génocide des juifs et de l’apartheid des Noirs en Afrique du Sud.

Que faire ? Si ce n’est dénoncer encore et toujours ces ignominies, rappeler la vérité historique, appeler à la responsabilité citoyenne et politique, en un mot, se battre encore et toujours. Il faut relire le livre de Léon Poliakov, La Causalité diabolique. Essai sur l’origine des persécutions publié en 1980 chez Calmann-Lévy dans la très belle Collection Liberté de l’esprit dirigée par Raymond Aron. Nous sommes à nouveau aujourd’hui au cœur des théories du complot, de la conspiration, de la domination du monde par des forces occultes. Le bouc émissaire et le diable que le grand spécialiste de l’antisémitisme identifiait dans la période historique sont toujours de notre temps. Et même malgré les progrès de la science, de la connaissance notamment historique et de l’éducation, ils paraissent plus foisonnants que jamais. La crise de notre société ne serait-elle pas avant tout une crise de l’intelligence et de la raison, à la recherche toujours renouvelée du bouc émissaire, comme le rappelle le philosophe René Girard, qui concentre sur lui les forces maléfiques et doit être mené au désert : « et le bouc emportera sur lui toutes leurs fautes en un lieu aride » (Lv 16, 22) ?

Ces faits qui nous indignent ne doivent pas nous empêcher de vivre dans l’espérance d’un monde apaisé, comme nous y invitent les fêtes de Roch Hachana et de Yom Kippour. De la même manière que nous avons partagé à Nantes le Shabbat et les repas casher lors de la Session Découvrir le Judaïsme, les chrétiens à l’écoute, souhaitons-nous tous ensemble, juifs et chrétiens, une belle année 5782. Puisse-t-elle apporter à notre monde paix et sérénité !

Septembre 2021

16 juillet : Journée nationale à la mémoire des victimes des crimes racistes et antisémites de l’État français et d’hommage aux Justes de France- 17 Juillet : Manifestation anti pass sanitaire à Paris

L’actualité de cette mi-juillet 2021 nous incite à vous proposer en plus de l’éditorial mensuel de Jean-Dominique Durand, président de l’AJCF, le texte de la tribune à Radio J du 21 juillet de Richard Prasquier, ancien président du CRIF.

Éditorial du 16 juillet de Jean-Dominique Durand.
16 juillet : Journée nationale à la mémoire des victimes des crimes racistes et antisémites de l’État français et d’hommage aux Justes de France
Chaque année, le 16 juillet, nous nous inclinons devant les victimes des crimes racistes commis par le gouvernement dit de Vichy, femmes et hommes, enfants et vieillards emportés par des rafles organisées par les autorités françaises dans l’été 1942 à travers tout le pays, et notamment à Paris les 16 et 17 juillet 1942. 13.152 personnes, de tous âges et de toutes conditions, furent arrêtées par la police française pour la seule raison qu’ils étaient juifs. Nous avons tous en mémoire les images terribles de ces alignements d’autobus de la RATP, réquisitionnés pour conduire ces malheureux au Vélodrome d’Hiver, le célèbre Vel d’Hiv. Ils y furent entassés dans des conditions atroces, avant d’être déportés à Auschwitz.

- Lire le texte de l’éditorial du 16 juillet 2021 de Jean-Dominique Durand

Tribune à Radio J de Richard Prasquier, 21 juillet 2021
Pass sanitaire, pass nazitaire. Bêtise ou problème de civilisation ?
Dans une manifestation contre le pass sanitaire on pouvait lire : « Prochaine étape, la rafle des non-vaccinés ». Le crétin qui arborait cette pancarte savait-il que le lendemain aurait lieu la cérémonie en hommage aux victimes des rafles du Vel d’Hiv ? Connaissait-il le destin de ceux qui furent raflés et imaginait-il que son sort à lui pourrait être analogue ? A-t-il été surpris, ou honteux, ou narquois devant l’indignation de Joseph Swarc, qui, montrant une feuille représentant une étoile jaune marquée de la mention « sans vaccin » a dit, que l’étoile jaune, lui, il savait ce que c’était, car il l’avait dans la chair ?

Il est inutile, ici, de souligner la différence entre étoile jaune et pass sanitaire. Pass sanitaire, pass nazitaire : pour le plaisir de la rime, on invente un mot et on écrit une ignominie.
Est-ce que cela prouve, comme certains le disent, que l’enseignement de la Shoah a été défaillant ? Je ne crois pas.
Est-ce que cela prouve, comme certains le disent, que l’enseignement de la Shoah a été défaillant ? Je ne crois pas.

- Lire le texte de Richard Prasquier ; Tribune à Radio du J-21 juillet 2021
Photo de Richard Prasquier par_Claude_Truong-Ngoc_mars_2016

Pour une information équilibrée

Jean-Dominique Durand, président de l’AJCF
Newsletter du 15 juin 2021

Les sociétés contemporaines sont entrées hélas dans l’ère de la désinformation, des fake news relayées par les réseaux dits sociaux, mais aussi parfois par des responsables politiques jusqu’au plus haut niveau des États, et bien sûr la presse et les télévisions. N’oublions pas les manuels scolaires dont la récente étude par le B’nai B’rith offre un panorama préoccupant. Ce que l’on appelait jadis la propagande a pris des proportions gigantesques et mortifères. Les juifs le savent bien hélas. « Les Protocoles des Sages de Sion », élaborés en Russie au début du XX° siècle par la police tsariste, répandus en Europe et dans le monde entier, ont inventé de toute pièce un plan de domination du monde par les juifs. Ils ont nourri le nazisme et continuent à entretenir un antisémitisme virulent notamment dans le monde arabe.
L’AJCF est une association française, et ses membres juifs et chrétiens sont tous des citoyens français. De ce fait, elle n’entre évidemment pas dans la politique du gouvernement israélien. Celle-ci est analysée et jugée par les citoyens israéliens qui ont la chance de vivre dans un pays démocratique, avec des changements de majorités. Ce n’est hélas pas le cas des habitants placés sous le joug du Hamas. Nous savons combien le débat en Israël est vif. La récente reprise du conflit armé entre l’État d’Israël et le Hamas retranché à Gaza a été l’occasion de nouvelles offensives idéologiques mêlant antisémitisme et antisionisme rassemblés dans une même haine, qui est la haine toujours renouvelée des juifs. Plus que tout autre État dans le monde, Israël est toujours accusé des forfaits les plus sinistres, et les juifs du monde entier accusés d’en être les complices. Tout événement opposant Israël à ses voisins a quasi automatiquement des répercussions en France et sur les Français juifs mis en accusation.

Suite

Déni de justice et déni de bon sens : Ne laissons pas nos compatriotes juifs seuls face à la haine

Tribune du journal La Croix, 21 avril 2021 (avec l’autorisation de l’auteur*).

Jean-Dominique Durand, Président de l’Amitié Judéo-chrétienne de France réagit à la décision de la Cour de cassation qui a confirmé mercredi 14 avril l’irresponsabilité pénale du tueur de la retraitée juive Sarah Halimi, prononcée en 2019 par la cour d’appel.
Le 14 avril 2021, le Garde des Sceaux présente à l’Assemblée Nationale un Projet de loi « Pour la confiance dans l’Institution judiciaire », pensée pour restaurer la confiance des citoyens en la Justice. Signe qu’il y a bien un malaise. Le même jour, la Cour de Cassation confirme l’irresponsabilité pénale du meurtrier de Sarah Halimi, assassinée dans des conditions effroyables chez elle, le 4 avril 2017. Cette décision est d’autant plus incompréhensible pour tout citoyen soucieux de justice, que dans le même arrêt, la Cour reconnaît le caractère antisémite du crime, donc implicitement que l’assassin savait ce qu’il faisait. De plus elle reconnaît savoir que les trois experts psychiatres étaient partagés. Elle a donc fait un choix, celui que le crime ne serait jamais jugé, tout en se retranchant derrière l’appréciation souveraine de la Cour d’Appel.
Oui, Monsieur Dupont-Moretti a beaucoup à faire pour restaurer la confiance en la Justice. Mais peut-on avoir confiance, devant un tel déni non seulement de justice, mais aussi un déni de bon sens. Les spécialistes pourront multiplier les arguties pour justifier la motivation de la Cour de Cassation. La vérité est simple : une femme a été assassinée par un islamiste radical parce qu’elle était juive, et ce crime ne sera pas puni, ni même présenté devant une Cour d’Assises. La raison avancée est que le meurtrier, ayant volontairement absorbé du cannabis, a été pris d’une « bouffée délirante aiguë ».
* Journal Le progrès, 22 avril 2021
- Appel à manifester de l’AJCF-Lettre aux présidents des groupes locaux

Suite

Le pape François entre Mémoire et Espérance

Éditorial de Jean-Dominique Durand, président de l’AJCF - 22 mars 2021

Ce mois d’avril 2021 est le temps des rapprochements forts, entre les fêtes de Pessah (du 28 mars au 4 avril) et de Pâques (le 4 avril) qui invitent à l’espérance, et les cérémonies de Yom Hashoah qui invitent au recueillement et à la mémoire. C’est précisément un double message de mémoire et d’espérance que le pape François a transmis à l’humanité en quelques jours à la veille de nos grandes fêtes, en rendant visite à une dame juive âgée de 88 ans et à un pays martyrisé par le terrorisme.
Il faut mesurer l’importance de la visite de François à Édith Bruck, rescapée d’Auschwitz, le 20 février. C’est lui qui a voulu la connaître à la suite d’un article de L’Osservatore Romano, le quotidien du Vatican. Il avait demandé à ses collaborateurs d’organiser une rencontre. Ceux-ci pensaient faire venir Madame Bruck auprès du pape. Mais François refusa, il estimait qu’il lui revenait à lui, dans une démarche d’humilité, de se déplacer pour lui rendre hommage. Un déplacement du pape dans Rome, est toujours compliqué, car s’il en est l’évêque, il est aussi le chef de l’État de la Cité du Vatican, et se rendre à Rome, c’est se rendre dans la capitale de l’Italie, qui doit assurer sa sécurité ; de plus c’était la première fois qu’il quittait le Vatican depuis le 15 mars 2020. C’est dire le caractère exceptionnel de cette visite. Il tenait à saluer en Édith Bruck, le courage face à la barbarie, et la volonté de porter inlassablement témoignage. Elle a connu l’horreur parce qu’elle est née juive. Elle s’est reconstruite, en fondant une famille à Rome, et à travers l’écriture et le témoignage. François le dit expressément : « Je suis venu ici, chez elle, afin de la remercier pour son témoignage et pour rendre hommage au peuple martyr de la folie du populisme nazi ». Il lui offrit deux objets d’une importance majeure pour le peuple juif : une menorah et un exemplaire du Talmud de Babylone, dans une édition bilingue en hébreu et en italien. Le pape se plaçait ainsi dans le sillage de Jules Isaac en rétablissant pour celle qui avait survécu à la tentative d’anéantissement du judaïsme, le caractère sacré de ce livre majeur du judaïsme que l’Église a voulu trop souvent détruire dans le passé, parfois à travers des autodafés comme celui de Paris en 1242.

Quelques jours plus tard, en Irak, François a fait mémoire des victimes du terrorisme islamique, dans un pays d’où le judaïsme a été chassé dans les années qui ont suivi la Deuxième Guerre mondiale et la fondation de l’État d’Israël. A Ur, sur la terre d’Abraham, « Au bord des fleuves de Babylone » (Psaume 137), il a invité à la mobilisation religieuse contre la haine et le terrorisme : « Nous croyants, nous ne pouvons pas nous taire lorsque le terrorisme abuse de la religion ». On peut s’imprégner de sa Prière des enfants d’Abraham lue le 6 mars :

« Dieu Tout-Puissant, notre Créateur qui aime la famille humaine et tout ce que tes mains ont accompli, nous, fils et filles d’Abraham appartenant au judaïsme, au christianisme et à l’islam, avec les autres croyants et toutes les personnes de bonne volonté, nous te remercions de nous avoir donné comme père commun dans la foi Abraham, fils éminent de cette noble et bien-aimée terre.

Suite

La disparition des grands témoins

Notre temps est confronté à la disparition peu à peu, des témoins de l’inimaginable, de l’indicible, de la mise en œuvre de la Shoah, ceux qui ont connu les camps d’Auschwitz et de Haute-Silésie, ceux qui ont survécu à la faim, au froid, aux tortures, aux marches de la mort. Ceux qui ont perdu une partie ou toute leur famille. Ceux qui ont été arrêtés et déportés, enfants, adolescents ou jeunes adultes pour la seule raison d’être juifs. Ils atteignent aujourd’hui le grand âge. Ils nous quittent peu à peu.

Parmi eux, Benjamin Orenstein, était né en 1926 à Annopol en Pologne, dans la région de Lublin. Une petite ville typique de l’Europe centrale, où en 1921, 73% de la population était juive. Il y avait deux synagogues. La vie était rythmée par les fêtes du calendrier juif, par la musique Klezmer, on y parle le yiddish, une langue riche d’une littérature vivante, d’une presse active. Le 1° septembre 1939, les troupes hitlériennes envahirent la Pologne. En mai 1945, plus rien n’existait cette culture juive : synagogues pillées et brûlées, livres détruits, femmes, hommes, enfants assassinés. A l’issue de la guerre, l’Europe s’est trouvée amputée d’une part considérable de sa culture, cette culture juive de l’Europe centrale et orientale. Comme le dit Élie Wiesel lors du procès de Klaus Barbie, le juif fut condamné à mort parce qu’il était né juif, parce qu’il portait en lui une mémoire juive.
Lire l’éditorial de Jean-Dominique Durand, président de l’AJCF

Réflexions du Président de l’AJCF au sujet de la Déclaration de la Conférence des Evêques de France sur la lutte contre l’antisémistisme et l’antijudaisme

La Déclaration des évêques de France Lutter ensemble contre l’antisémitisme et l’antijudaïsme sera la pierre de touche de toute fraternité réelle s’inscrit dans le contexte inquiétant d’une montée qui semble irrépressible de la violence et de la haine, notamment à l’encontre des juifs. Ce phénomène n’est pas uniquement français, il touche toute l’Europe, au point qu’en janvier 2018, s’est tenue à Rome une Conférence internationale sur « La responsabilité des États, des institutions et des individus dans la lutte contre l’antisémitisme dans l’espace de l’OSCE ». Recevant cette Conférence au Vatican, le pape François a fustigé « le virus de l’indifférence ». Celui-ci se montre inquiet de la « recrudescence barbare » de l’antisémitisme comme il l’a dit en recevant le Centre Simon Wiesenthal le 20 janvier 2020. Les mises en garde du Souverain Pontife contre l’antisémitisme sont récurrentes, signe que le mal est profond. Celui-ci se traduit par des événements dramatiques qui alimentent régulièrement l’actualité.
La Déclaration des évêques français, remise solennellement au Grand Rabbin de France Haïm Korsia, au Président du CRIF Francis Kalifat, et au Président du Consistoire central Joël Mergui, témoigne de cette préoccupation. En l’absence de vaccin contre le virus très dangereux de la haine et de la violence qui se répand à travers les réseaux sociaux et envahit les esprits, les évêques appellent à « lutter ensemble », catholiques et juifs, mais aussi tous les croyants et les citoyens, car lutter contre l’antisémitisme est l’affaire de tous. Seule une prise de conscience collective peut permettre d’endiguer le fléau. Il s’agit de construire contre les divisions et les fractures, le mur d’une fraternité « réelle » entre tous « les êtres humains de toute origine, toute langue, toute culture ». L’unité fondamentale du genre humain est ainsi rappelée avec force.
- Lire le discours de Mr Éric de Moulins-Beaufort
- Lire la déclaration "Lutter ensemble contre l’antisémitisme et l’antijudaïsme sera la pierre de touche de toute fraternité réelle"
- Suivre la cérémonie diffusée par la chaine KTO
- Lire le discours de Francis Kalifat, président du CRIF

Suite

Déclaration du président de l’AJCF suite à l’agression de Yaël Braun Pivet.

Madame la Députée Yael Braun Pivet vient d’être la victime, le 21 février dernier, d’actes particulièrement abjects. Jean-Dominique Durand, président de l’AJCF l’a assurée du soutien de l’AJCF qui travaille au niveau national comme au plan local, avec ses 40 groupes répartis sur le territoire français, à poursuivre par le dialogue, le travail de rapprochement entre juifs et chrétiens et la lutte contre la progression de l’antisémitisme qui s’exprime sans retenue et qui tue, comme nous le rappelle le martyre subi par Ilan Halimi dont nous venons de faire mémoire.

Entre Histoire et engagement : une Amitié

Éditorial de la revue SENS, n°434 (Janvier-Février 2021) par Jean-Dominique DURAND, président de l’AJCF

.

L’Amitié Judéo-Chrétienne, voulue par un historien qui était juif, Jules Isaac, et par un grand poète, Edmond Fleg, est née d’une histoire effroyable, celle de l’antisémitisme, de la haine séculaire des juifs, qui a trouvé son paroxysme en terre chrétienne, en Europe, entre 1933 et 1945.

Voyant dans l’enseignement traditionnel chrétien la racine principale du mal, surmontant sa propre douleur face au tribut payé personnellement à cette haine avec la disparition de sa famille dans l’enfer nazi, Jules Isaac s’est acharné à démontrer tout ce que cet enseignement portait en lui d’erroné et la nécessité de le réviser afin de nouer une nouvelle amitié spirituelle entre juifs et chrétiens, sans perdre de temps, alors que l’Europe se réveillait à peine d’un effroyable cauchemar. Il y voyait le fondement de la lutte contre les préjugés antisémites.

Je voudrais ici, dans ce premier éditorial en tant que nouveau président de l’association, souligner l’importance de ces deux termes : Histoire et Amitié.

Suite

Jean-Dominique Durand, président de l’AJCF

Le message du 27 Janvier

27 janvier 1945, vers onze heures, il y a 76 ans. Une première patrouille de l’Armée Rouge pénétra dans le camp d’Auschwitz III, puis dans l’après-midi dans Birkenau et dans Auschwitz I. Il y avait encore environ 7.000 détenus survivants. Les soldats soviétiques furent saisis d’horreur. Il fallut encore de nombreux mois de combat pour que l’ensemble du système concentrationnaire nazi fût démantelé, jusqu’au 8 mai inclus, avec la libération du camp de Terezin près de Prague. Pour tous les soldats soviétiques, américains, britanniques, français qui eurent à pénétrer dans les camps, ce fut la sidération. Ces soldats se battaient sur tous les fronts depuis des années, ils étaient immergés dans la guerre avec son cortège de souffrances et d’horreurs, certains avaient même connu déjà les combats des tranchées de 1914-1918. Mais ils découvrirent là l’inimaginable, l’ignominie absolue, le système concentrationnaire nazi.

Pourtant les nazis avaient cherché à camoufler leur crime, en contraignant les malheureux déportés déjà exténués à d’invraisemblables marches dans le froid glacial de l’hiver, les « Marches de la mort », et en faisant sauter les chambres à gaz.

Et encore, ces soldats ignoraient-ils ce que l’on découvrit peu à peu, à mesure que des témoignages purent s’exprimer, et que des études historiques purent être réalisées : l’organisation d’un véritable système concentrationnaire, allant jusqu’aux détails les plus infimes pour humilier et faire souffrir toujours plus ; l’arrachement à leur vie quotidienne, à leurs foyers, de millions d’hommes et de femmes, de vieillards, d’enfants de tous âges, avec des rafles brutales organisées dans toute l’Europe ; leur transport dans des conditions immondes vers les camps ; les chambres à gaz pour les plus faibles dès l’arrivée après une sélection rapide, la survie en enfer pour les autres qui se retrouvaient dans ce « royaume de la malédiction » dont parla Élie Wiesel. Tous les camps avaient en commun une organisation minutieuse et sadique pour non seulement tuer, mais surtout pour dépouiller les prisonniers de leur dignité de personne humaine. Ils avaient drainé des millions d’hommes et de femmes, de vieillards et d’enfants arrachés brutalement à leurs maisons, à leurs familles, dans tous les pays d’Europe, parce qu’ils étaient juifs. Élie Wiesel le rappela dans son témoignage au procès de Klaus Barbie : « Le juif fut condamné à la mort parce qu’il était né juif, parce qu’il portait en lui une mémoire juive »

Comme chaque année, nous faisons mémoire de cette libération dans toute l’Europe et ailleurs dans le monde, avec la Journée internationale de la Mémoire des Victimes de la Shoah et de Prévention des crimes contre l’Humanité instituée en octobre 2002 par les ministres de l’Éducation des États membres du Conseil de l’Europe, et adoptée en 2005 par les Nations Unies. Pourquoi faire Mémoire ?

Suite

Jean-Dominique Durand, président de l’AJCF s’adresse aux amis Juifs et Chrétiens

Dans l’espérance de la Lumière, entre Hanouka et Noël

L’Amitié Judéo-chrétienne de France vient de connaître un renouvellement important : un nouveau président, un nouveau Bureau, un Comité directeur renouvelé et rajeuni. Je veux d’abord remercier toute l’équipe sortante, en premier lieu Jacqueline Cuche qui a présidé l’AJCF au cours de ces six dernières années et la secrétaire générale Maddy Verdon, ainsi que le pasteur Alain Massini, et les membres du Comité directeur qui se sont tant dévoués pour notre association, mais qui ont souhaité passer la main. Les contraintes liées à la crise sanitaire nous ont obligés à tenir l’Assemblée Générale en visioconférence, et empêchés de leur rendre hommage comme il se doit. De même, nous avons dû renoncer à la belle cérémonie de remise du Prix de l’AJCF au rabbin Philippe Haddad. Nous réparerons tout cela dès que possible.
La nouvelle équipe prend en charge l’AJCF dans un contexte tout à la fois inquiétant et plein d’espoir.Inquiétant à cause d’une crise sanitaire, économique, sociale et psychologique dont nous ne mesurons pas encore les conséquences ; inquiétant parce que le procès du massacre commis dans l’Hyper Cacher en janvier 2015, nous rappelle que cet attentat était « viscéralement lié à la haine antisémite » comme l’a rappelé Maître Élie Korchia. Nous savons qu’elle est toujours là, tapie, prête à frapper à nouveau. Tandis que cet attentat est en cours de jugement, revient d’actualité celui de la rue des Rosiers commis en 1982, avec l’extradition vers la France de l’un de ses auteurs. Un procès pourra avoir enfin lieu. Les attentats récents, contre un enseignant porteur de l’éducation de la jeunesse, contre des catholiques dans une église, montrent que la haine portée par l’islamisme radical, n’a pas de limites. Nous vivons au rythme de ces meurtres effroyables à dominante antisémite. En même temps, nous sommes en ce mois de décembre, dans le contexte exaltant des fêtes de Hanouka et de Noël, des fêtes familiales, des fêtes qui apportent la lumière, des fêtes qui unissent les juifs et les chrétiens dans la même espérance.
-Ecouter l’interview du président sur Radio JudaIca Lyon

Suite

2022, entre Mémoire et Espérance

Éditorial de Jean-Dominique Durand
Président de l’Amitié Judéo-chrétienne de France

L’année 2022 sera marquée par de bien tristes anniversaires. Nous entrons dans la quatre-vingtième année du souvenir de la Conférence de Wannsee, des grandes rafles des juifs dans l’été qui a suivi, mais aussi dans la dixième année de la tuerie de Toulouse, sinistre réplique des événements de 1942.

A Wannsee, merveilleux lieu de villégiature à quelques kilomètres du centre de Berlin, un groupe de responsables nazis de haut rang décidèrent le 20 janvier 1942 d’étendre le massacre des juifs commencé en Pologne dès le début de la guerre, puis dans les zones conquises sur l’Union soviétique, d’une manière massive et systématique. Il s’agissait de l’élargir aux pays occupés à l’Ouest et de le mettre en œuvre d’une manière rationnelle, systématique, en y introduisant les principes de l’organisation industrielle. Les grandes rafles de juifs qui avaient déjà commencé en 1941 se développèrent partout. En France, en zone dite libre comme en zone occupée elles se firent avec le soutien actif du gouvernement du maréchal Pétain. Les points d’orgue en furent la rafle du Vel’ d’Hiv à Paris les 16 et 17 juillet avec l’arrestation de près de 13.000 personnes, et celles des 26-28 août dans toute la zone Sud avec 7 à 10.000 arrestations. L’année 1942 vit de ce fait se multiplier les convois de déportés de toute l’Europe vers les camps d’extermination organisés, structuré notamment en Pologne.

Janvier 2022

Suite