Accueil > Documentation > Judaïsme et christianisme > Dialogue judéo-chrétien > Gérard ISRAËL : Sur cette terre où tout a commencé - Chrétiens et Juifs, une communauté retrouvée

Gérard ISRAËL : Sur cette terre où tout a commencé - Chrétiens et Juifs, une communauté retrouvée

La revue Sens a publié dans les deux premiers numéros de 2012 les Actes du Colloque du Crif, « Chrétiens et Juifs, rencontre à Jérusalem et à Tibériade » de mars 2010. L’éditorial du second numéro résume l’ensemble du colloque mais est à lui seul un article de fond sur les relations entre juifs et chrétiens et dans le Monde, en France et en Israël.

******

Cinq décennies après la fin de la Seconde Guerre mondiale, alors que le monde avait désormais une pleine conscience du sort réservé en Europe aux victimes du grand crime commis contre les populations juives, le Cardinal Ratzinger, futur Benoît XVI, écrivait : « La façon dont le Nouveau Testament lui-même présente les Juifs et le peuple juif n’a-t-elle pas contribué à créer une hostilité contre le peuple juif qui a fourni un appui à l’idéologie de ceux qui voulaient anéantir Israël ? » (Le Peuple juif et ses Saintes Écritures dans la Bible chrétienne, éd. du Cerf, 2001, p. 12 [Préface]). La question était franchement posée et faisait suite à un mouvement que le Concile Vatican II avait initié et que les Églises protestantes avaient également lancé.

Ce mouvement qui s’est surtout exprimé en Europe et en Amérique, a été regardé par les communautés juives avec une réelle et sympathique attention, quelquefois peut-être doublée d’une certaine réserve. En réalité, l’initiative globale prise par les Églises chrétiennes avait une importance considérable et confinait à l’extraordinaire tant elle représentait une manière de mea culpa. En France notamment, en milieu juif chacun avait conscience du rôle important joué par l’Épiscopat français dans la formulation du projet de déclaration dite Nostra Aetate et au moment de la rédaction des documents tendant à modifier la façon dont les Juifs étaient représentés dans la catéchèse. De nos jours, nul ne peut nier ce qui a été accompli par les Chrétiens, catholiques en particulier.

Cependant, la Commission du Crif chargée des relations avec l’Église catholique et le monde chrétien (CREC) faisait observer que, paradoxalement, l’État d’Israël semblait rester en dehors du mouvement qui était en train de modifier l’enseignement séculaire concernant les Juifs. C’est ainsi que la CREC proposait d’organiser un Colloque judéo-chrétien en Israël en mars 2010.

Le projet a d’abord surpris : Israël, Jérusalem n’étaient-ils pas au centre d’une résurrection juive dont les Chrétiens, habitants de la Terre Sainte, devaient être conscients. S’agissait-il, comme l’écrivait le quotidien La Croix, d’« exporter » en Israël le dialogue judéo-chrétien. Le propos de ce journal était certainement ironique et ne semblait guère laisser de chance à ce projet assimilé à une offre commerciale ! Israël, en effet, est un pays complexe au sein duquel la plupart des Chrétiens sont de culture arabe et palestinienne ; au sein duquel les Chrétiens ont des intérêts à défendre et qui finalement se trouvent quelque peu marginalisés dans le devenir israélien.

La nature du projet que le Crif avait proposé était tout autre. Il s’agissait d’abord de rendre hommage aux Chrétiens, prêtres, religieux, théologiens, linguistes, archéologues qui, non loin de Jérusalem, étudient en hébreu et en araméen les grands textes de la tradition juive et la trace que ces derniers ont laissée sur la terre d’Israël : la Torah évidemment et les commentaires qui lui sont attachés, le Talmud, les midrashim, la kabbale, rétablissant ainsi un lien spirituel entre Chrétiens et Juifs, ce qui ne s’était pas produit depuis des siècles. Il s’agissait aussi d’explorer les voies pouvant permettre aux communautés chrétiennes de vivre, en Israël, en pleine harmonie avec ce peuple spécifique dont la majorité des citoyens sont les descendants de ceux qui avaient connu Auschwitz, aboutissement hyperbolique des persécutions millénaires dont ils ont été les victimes. Il s’agissait enfin de confirmer le sentiment que les Chrétiens sont aussi chez eux en Israël. Certes Jérusalem n’a pas toujours habité la pensée religieuse du Christianisme ; il y a eu, il y a toujours Rome, siège de la Grande Église, il y eut Byzance et ses excès. Comme l’écrit Mgr Bernardin Collin (Jérusalem et ses Lieux saints, éditions franciscaines, 1981), il y eut de longues périodes d’« ignorance et d’absence ». Mais, aujourd’hui, par la force des choses, des Chrétiens retrouvent au sein d’Israël une forme d’authenticité qui les passionne.

Certes, le conflit entre Israël et les Palestiniens retarde les évolutions. Mais il existe nombre de Chrétiens qui œuvrent pour une meilleure compréhension mutuelle et là aussi le fondement théologique habite les consciences.

Le Colloque a eu lieu et il a connu de grands moments : Mgr Marcuzzo, Vicaire patriarcal latin de Nazareth, a pu déclarer fermement que l’Église d’aujourd’hui rejette toute théologie présentant le Christianisme comme se substituant à la religion d’Israël. Et Mgr Marcuzzo d’affirmer que, désormais, « le dialogue théologique avec les Juifs est possible » ; suggérant peut-être que ce même dialogue théologique serait plus difficile avec les autres religions. Ce n’est pas rien. De son côté, Mgr Fouad Twal, Patriarche latin de Jérusalem, dans une lettre adressée au Crif, pouvait écrire : « L’Église est engagée de façon irrévocable sur le chemin choisi par Vatican II en faveur d’une réconciliation authentique et durable entre les Chrétiens et les Juifs ».

Il y eut aussi, en aparté, cette parole attristée du Père Shoufani, « curé de Nazareth » qui affirmait : « Ce que le Crif fait aujourd’hui, le gouvernement d’Israël n’a su ou pu le faire ». Ce même Père Shoufani a conduit à Auschwitz, en 2003, de jeunes Palestiniens soucieux de comprendre ce qui s’était passé, en Europe, avant la naissance de l’État d’Israël. Le témoignage de Madame Souad Hadad, Chrétienne, Arabe, de Haïfa, a été un grand moment d’émotion pour les participants au Colloque.

******

Le colloque du Crif à Jérusalem et à Tibériade a trouvé son fondement culturel, religieux et théologique sur la terre d’Israël, autour de Jérusalem... C’est sur cette terre que tout a commencé, de l’émerveillement d’Abraham aux prophètes, aux rois d’Israël, à Moise et à la religion de Jésus ; tout s’est concentré sur cette terre.

Nous pensons qu’il était important que cela fût dit et proclamé. Ainsi Israël et le peuple israélien se trouvent confirmés dans leur conviction de représenter aujourd’hui une véritable chance pour l’humanité au regard de l’espérance formulée par les religions d’amour du prochain.

Gérard ISRAËL, Président de la Commission du Crif chargée des relations avec l’Église catholique et le monde chrétien (CREC).


Les deux numéros de Sens avec les actes du colloque peuvent être commandés ensemble ou séparément :
si vous n’êtes pas abonnés, pensez à acheter les deux parties :
- Sens N°365 – Janvier 2012 – Colloque du CRIF à Jérusalem et à Tibériade (I)
- Sens N°366 – Février 2012 – Colloque du CRIF à Jérusalem et à Tibériade (II)