Accueil > Documentation > Culture > Radio-Télévision > ARTE : Le judaïsme entre tradition et modernité

ARTE : Le judaïsme entre tradition et modernité

Même si le titre vous fait penser à la définition du judaïsme Massorti, ce n’est pas de cela qu’il s’agit.

Le dimanche 17 juillet, la soirée sur ARTE était consacrée au judaïsme, avec deux documentaires ( "Les trésors perdus de Salomon" et et une fiction ("Monsieur Zucker joue son va-tout") pour se détendre.
Vous les avez ratées : il n’est pas trop tard, il y a des rediffusions à la télé et sur le site d’ARTE.

 documentaire : "Les trésors perdus de Salomon"

Une enquête a mis au jour un trafic de fausses reliques bibliques. Retour sur l’une des plus grandes escroqueries de tous les temps en matière d’antiquités.

En 2001, une tablette censée provenir du temple de Salomon est proposée à la vente au musée d’Israël. L’objet est authentifié par des spécialistes de la période et des scientifiques. Mais quelque temps plus tard, une enquête révèle que la tablette, de même qu’un ossuaire renfermant les restes de Jacques, frère supposé de Jésus, sont en réalité des faux. Des investigations complémentaires dans plusieurs pays font apparaître que les faussaires n’en sont pas à leur coup d’essai : pendant plus de vingt ans, ils ont produit des objets "bibliques" de très grande qualité...

Les objets présentés dans ce film ont une signification symbolique considérable : ils constituent les seules preuves de l’histoire de David et de son fils Salomon. En effet, il n’existe pas de sites archéologiques référencés, seulement quelques objets (des sceaux, des tablettes, des lampes à huile...) dont les inscriptions correspondent aux textes de la Bible. Or ce sont ces mêmes pièces dont l’authenticité est aujourd’hui mise en doute.

Critique de Télérama : "Aidé de témoignages de plusieurs spécialistes, l’auteur revient sur un quart de siècles d’arnaques à la relique biblique, commerce florissant mais énorme dommage porté à l’archéologie, dans un pays où l’histoire religieuse revêt un aspect hautement politique."

 téléfilm allemand : "Monsieur Zucker joue son va-tout"

(Allemagne, 2004, 87mn)

Rediffusion 19.07.2011 à 14:45

Les mésaventures rocambolesques d’un bon vivant endetté, dont la vie est bouleversée par l’arrivée de la famille de son frère, des juifs ultraorthodoxes. Une comédie juive irrésistible, à l’humour décapant, où les clichés sont exploités jusqu’à l’absurde.

Jaeckie Zucker, ancien journaliste sportif de l’ex-RDA et joueur invétéré, est grevé de dettes : menacé de prison par l’huissier et de divorce par sa femme, il compte sur une victoire à un tournoi de billard, doté d’un prix de 100 000 euros, pour s’en sortir... Jusqu’au jour où il apprend le décès de sa mère, après quarante ans de silence. Son frère Samuel et sa famille s’apprêtent à débarquer de Francfort pour l’enterrer à Berlin. Or, Jakob Zuckermann, alias Jaeckie Zucker, ne veut pas avoir à faire avec cette famille juive orthodoxe. Sa femme, elle, fait tout pour les accueillir au mieux, allant même jusqu’à prendre des cours intensifs sur les coutumes juives. Jaeckie voit ses projets de tournoi s’envoler peu à peu, surtout quand le rabbin annonce la dernière volonté de la défunte : ses fils n’hériteront qu’à condition de se réconcilier et d’observer, avec leur famille, les sept jours de deuil traditionnels. Pour sortir de cette situation inextricable, Jaeckie se met à inventer des stratagèmes de plus en plus fantasques.

L’humour en héritage : Comédie familiale au rythme trépidant, cette fiction joue avec tous les ressorts de l’humour juif, use de tous les clichés du genre pour mieux les tourner en ridicule. Avec son sens aigu de la situation désopilante et du politiquement incorrect, Dani Levy parvient à aborder les relations compliquées entre juifs et Allemands sur un ton totalement décrispé. Résultat : un grand moment de divertissement où, derrière le rire, s’aménagent des espaces de réflexion enfin libérés du poids de l’histoire.

Critique de Télérama : "Rencontre entre deux mondes, celui de Jackie-Jacob, athée et communiste, et celui de Samuel, qui vit dans la pure tradition juive... situations comiques, humour juif... acteurs remarquables, qui soutiennent le projet du réalisateur, Dani Lévy, de faire connaître à ses concitoyens allemands les arcanes d’une culture juive disparue et méconnue".

 documentaire inédit de 2010 : Un monde à part

(Allemagne, Israel, 2010, 88mn)
Les ultra-orthodoxes juifs en Israël

Rediffusions  : 21.07.2011 à 14:45 et 05.08.2011 à 10:00

Reportage à Jérusalem, dans le quartier des haredim, à la rencontre d’une minorité ultra-orthodoxe moins uniforme qu’il n’y paraît.

Vivant majoritairement dans le quartier de Mea Shearim, les haredim (les "craignant Dieu") n’ont pas tous les mêmes revendications. L’un des combats de cette minorité ultraorthodoxe vise l’État hébreu, jugé trop laïc. Ainsi Shmuel-Haim Pappenheim, qui publie un journal, refuse de reconnaître Israël, préconise de ne jamais voter et de ne pas faire son service militaire. À l’opposé, le rabbin Avraham Ravitz dirige un parti religieux qu’il a représenté en tant que ministre et député. Fille aînée du rabbin Ovadiah Yossef, qui joue lui aussi un rôle politique important, Adina Bar-Shalom médite un projet révolutionnaire : fonder un collège où hommes et femmes se formeraient ensemble. Mais il lui faut pour cela la bénédiction de son père... Quant à Rachel Chalkowski, infirmière et sage-femme, elle est confrontée à la détresse de femmes condamnées à donner naissance à dix enfants et plus. Désormais, Internet est devenu une pomme de discorde supplémentaire. Le rabbin Micha Rothschild distribue ainsi des tracts pour vouer la Toile aux gémonies, alors que le publicitaire Yigal Revach tente de vendre son idée d’"Internet casher" aux rabbins les plus influents.

Toutes les informations sur les rediffusions et liens vers les vidéos en ligne : site d’ARTE