16 juillet : Journée nationale à la mémoire des victimes des crimes racistes et antisémites de l’État français et d’hommage aux Justes de France- 17 Juillet : Manifestation anti pass sanitaire à Paris

L’actualité de cette mi-juillet 2021 nous incite à vous proposer en plus de l’éditorial mensuel de Jean-Dominique Durand, président de l’AJCF, le texte de la tribune à Radio J du 21 juillet de Richard Prasquier, ancien président du CRIF.

Éditorial du 16 juillet de Jean-Dominique Durand.
16 juillet : Journée nationale à la mémoire des victimes des crimes racistes et antisémites de l’État français et d’hommage aux Justes de France
Chaque année, le 16 juillet, nous nous inclinons devant les victimes des crimes racistes commis par le gouvernement dit de Vichy, femmes et hommes, enfants et vieillards emportés par des rafles organisées par les autorités françaises dans l’été 1942 à travers tout le pays, et notamment à Paris les 16 et 17 juillet 1942. 13.152 personnes, de tous âges et de toutes conditions, furent arrêtées par la police française pour la seule raison qu’ils étaient juifs. Nous avons tous en mémoire les images terribles de ces alignements d’autobus de la RATP, réquisitionnés pour conduire ces malheureux au Vélodrome d’Hiver, le célèbre Vel d’Hiv. Ils y furent entassés dans des conditions atroces, avant d’être déportés à Auschwitz.

Le 16 juillet 1995, pour la première fois, le Président de la République Jacques Chirac, reconnut les responsabilités françaises à l’occasion du 53° anniversaire de la rafle du Vel’ d’Hiv :
Ces heures noires souillent à jamais notre histoire et sont une injure à notre passé et à nos traditions. Oui, la folie criminelle de l’occupant a été, chacun le sait, secondée par des Français, secondée par l’État français. .

Pour lui, la France, ce jour-là, accomplissait l’irréparable. Il rappelait aussi que la rafle fut, dit-il, le point de départ d’un vaste mouvement de résistance de nombreuses familles françaises, des Justes qui sauvèrent de nombreux juifs , comme pour montrer que l’abjection, la lâcheté, la haine, pouvaient être compensées par la générosité, le courage, l’amour des autres et notamment des persécutés. En 1997, il revenait sur le sujet :
Mais, si le mal doit être reconnu, le bien ne doit pas être méconnu. Aux heures les plus noires, la noblesse et l’espérance continuaient de vivre. Elles étaient dans le cœur, aussi et surtout, de tous ces Français anonymes, ces Justes parmi les Nations.
- Lire le texte entier de l’éditorial du 16 juillet 2021 de Jean-Dominique Durand

Tribune à Radio J de Richard Prasquier, 21 juillet 2021
Pass sanitaire, pass nazitaire. Bêtise ou problème de civilisation ?
Dans une manifestation contre le pass sanitaire on pouvait lire : « Prochaine étape, la rafle des non-vaccinés ». Le crétin qui arborait cette pancarte savait-il que le lendemain aurait lieu la cérémonie en hommage aux victimes des rafles du Vel d’Hiv ? Connaissait-il le destin de ceux qui furent raflés et imaginait-il que son sort à lui pourrait être analogue ? A-t-il été surpris, ou honteux, ou narquois devant l’indignation de Joseph Swarc, qui, montrant une feuille représentant une étoile jaune marquée de la mention « sans vaccin » a dit, que l’étoile jaune, lui, il savait ce que c’était, car il l’avait dans la chair ?

Il est inutile, ici, de souligner la différence entre étoile jaune et pass sanitaire. Pass sanitaire, pass nazitaire : pour le plaisir de la rime, on invente un mot et on écrit une ignominie.
Est-ce que cela prouve, comme certains le disent, que l’enseignement de la Shoah a été défaillant ? Je ne crois pas.
Est-ce que cela prouve, comme certains le disent, que l’enseignement de la Shoah a été défaillant ? Je ne crois pas.

Je pense que le problème est plus profond. Comparer le pass sanitaire à l’étoile jaune, c’est s’engager dans des « faits alternatifs ». La conseillère de Trump qui avait lancé l’expression pour justifier un mensonge sur le public présent à la cérémonie d’investiture entérinait une pratique déjà décrite par George Orwell dans son maître-livre, 1984. Sous la caution des philosophes post-modernistes, la réalité virtuelle, l’accès généralisé à des informations non contextualisées et l’entre-soi des réseaux sociaux ont légitimé les fantasmes complotistes et abouti à la notion de post-vérité. Au siècle dernier, les mensonges étaient collectifs, publicitaires ou idéologiques, mais prétendaient refléter une vérité qualifiée de scientifique. Aujourd’hui, c’est la notion même de vérité qui a explosé. Ce qui est vrai, c’est ce qui m’apporte du sens ou qui m’est utile, à moi ou au groupe dont je me revendique.

- Lire le texte de Richard Prasquier ; Tribune à Radio du J-21 juillet 2021
Photo de Richard Prasquier par_Claude_Truong-Ngoc_mars_2016

Coup de coeur

EXPOSITIONS ET RENCONTRES AU MAHJ

Chagall, Modigliani, Soutine… Paris pour école, 1905-1940

Du 17 juin au 30 octobre 2021, le Musée d’Art et d’Histoire du Judaïsme présente plus de 130 œuvres et de nombreux documents inédits dans l’exposition « Chagall, Modigliani, Soutine… Paris pour école, 1905-1940 » organisée autour de la génération d’artistes juifs arrivés à Paris entre 1900 et 1914.
On peut y voir rassemblées, des œuvres de personnalités exceptionnelles (dont de grandes célébrités comme Chagall, Soutine, Modigliano.., de moins grandes célébrités comme Kikoïne, Pascin, Orloff…, ou des talents oubliés …).
- Annonce de l’exposition

Hersh Fenster et le shtetl perdu de Montparnasse

Parallèlement et jusqu’au 10 octobre 2021, le MAHJ présente une exposition intitulée « Hersh Fenster et le shtetl perdu de Montparnasse », une évocation de l’ouvrage Undzere farpainikte kinstler du journaliste et écrivain yiddish Hersh Fenster (Baranow, 1892–Paris, 1964), dont la traduction en français « Nos artistes martyrs » publiée avec les éditions Hazan et le concours de la Maison de la culture yiddish-bibliothèque Medem, met la lumière sur certains artistes juifs assassinés ou morts dans le dénuement pendant l’Occupation.
- Annonce de l’exposition

Cérémonie de remise du prix AJCF 2020 au rabbin Philippe Haddad

Le prix AJCF 2020 a été remis au rabbin Philippe Haddad, avec un certain retard dû à la crise sanitaire, le 11 juillet 2021 à Nantes. La cérémonie présidée par Jean-Dominique Durand a eu lieu en présence de Mgr Pierre d’Ornellas, archevêque de Rennes, lui-même récipendiaire du prix AJCF 2019, du rabbin Rivon Krygier (Prix AJCF 2013), Olivier Rota, Jacqueline Cuche (ancienne présidente de l’AJCF) et Aude-Marie Colombié-Fara, qui ont successivement pris la parole pour rappeler non seulement l’immense engagement du rabbin Philippe Haddad dans les champs nombreux et variés du dialogue judéo-chrétien mais aussi et à sa demande, pour en définir un des contours comme vous pourrez le découvrir dans les enregistrements ci-après. Les intervenants ont ensuite laissé la place à la parole du rabbin Philippe Haddad, une parole pleine d’humour, de sens et d’émotion qu’il a terminée par la récitation du Kaddish suivie, avec la permission de Mgr d’Ornellas par la prière du Notre père et un joyeux Hine ma Tov (qu’on est bien tous ensemble), repris en chœur par toute l’assemblée.

La présence de nombreux amis juifs et chrétiens venus spécialement pour cette occasion, ou déjà sur place depuis trois jours pour les rencontres de découverte du judaïsme organisées par le diocèse de Nantes et l’AJC-Nantes, a été particulièrement appréciée.

Vous trouverez ci-dessous tous les enregistrements de cet événement

Lire la suite

A la une


- ASSEMBLÉE GÉNÉRALE NATIONALE DE 2021 : 24 et 25 octobre 2021 à Vichy.

Bulletin d’inscription et programme seront en ligne prochainement.

Le groupe AJC de Draguignan, du centre et de l’Est du Var nous propose une étude sur les psaumes réalisée par Yves Bouvier en 2021.

À DÉCOUVRIR

Lire la suite


Le 18 juillet 2021, les juifs ont observé une journée de jeûne et de deuil appelée Ticha Beav (9 Av 5781). Cette date commémore les destructions consécutives des deux temples de Jérusalem (en - 585 avant notre ère pour le premier et en 70 pour le second).

Cette date a coïncidé, cette année, avec une date d’autres histoires sombres pour les juifs, et particulièrement pour ceux de France : le 79ème anniversaire de la rafle du Vel d’Hiv. A cette occasion des cérémonies de commémoration ont été organisées, à Paris (cliquer ICI pour information et dans plusieurs villes de France, à la mémoire de toutes les victimes du racisme et de l’antisémitisme d’Etat français et en hommage aux Justes de France.
- Enregistrement de la cérémonie nationale, site du ministère des armées

Le 15 août 2021, les catholiques célèbreront l’Assomption de la Vierge Marie. L’Assomption est la croyance que Marie, mère de Jésus, est à la fin de sa vie terrestre, montée directement au ciel dans la gloire de Dieu. Chez les orthodoxes cette croyance ne fait pas l’objet d’un dogme et s’appelle la Dormition de la Vierge. Cette fête n’existe pas dans le protestantisme.

La famille et les amis du père Michel Remaud (1940-2021) se sont retrouvés en Vendée le 1er juillet 2021 sur invitation de l’AJC-Vendée et de la congrégation des Pères de Chavagnes.
Après la messe célébrée à la chapelle de la congrégation par l’abbé Philippe Loiseau et le père Christophe Le Sourt , à laquelle se sont associés le P. Jose Maria Leité (communauté de Sion, AJCF), le Frère Jean-Marc Pasquiet (Franciscain, de l’AJC de Rennes), Jean-Charles Nicolleau (originaire de Vendée, prêtre dans le diocèse de Vannes, élève de M. Remaud) et des prêtres de la congrégation, les participants se sont dirigés vers le cimetière pour un temps de recueillement.
- Suivre la cérémonie d’hommage (doublée au loin par le bruit d’enfants d’une école voisine)

Lire la suite

Le Service diocésain des relations avec le Judaïsme (SDRJ), en étroite relation avec le groupe AJC-Nantes a proposé aux chrétiens - particulièrement aux jeunes - de découvrir la richesse spirituelle inépuisable de la Tradition juive « vivante » lors des rencontres du 9 au 12 juillet 2021.
- Présentation des journées par le Diocèse de Nantes
- Programme
A l’instar des premières rencontres de Melleray (2010), Rennes (2012) et Angers (2014) et par la suite, de Paray-le-Monial en 2016 et 2018, celle de Nantes entre le 9 et le 12 juillet a permis aux jeunes et moins jeunes de retrouver une dimension insoupçonnée de la foi tout en vivant un temps privilégié de réflexion, d’émotion, de spiritualité et de fraternité entre juifs et chrétiens, « sans fusion ni confusion ».
En attendant un rapport plus détaillé sur cette belle rencontre, découvrez quelques témoignages :
- Prestation de la Chorale du Mouvement Européen RENAMIM, créee par Avner SOUDRY en 1998
- Article de Ouest-France du 10-07-2021.

Lire la suite

Le 27 juin dernier, lors de l’assemblée générale annuelle de l’ICCJ les organisations membres dont l’AJCF ont élu une nouvelle Présidente et un nouveau comité directeur pour les 3 prochaines années :
Présidente : Liliane Apotheker
1er Vice-Président : Michael Trainor
Second Vice-Président : Samuel Szteinhendler
Trésorier : Abi Pitum
Membres du comité directeur : Pavol Bargár, Margaretha Hackermeier, Ophir Yarden

L’AJCF souhaite à Liliane Apotheker et son comité directeur un vif succès dans tous leurs projets.

- Lire l’interview du Crif, dans la newsletter du 2 juillet 2021.