Accueil > Documentation > Judaïsme et christianisme > Glossaire > les mots du Glossaire > Pharisien

Pharisien

Glossaire : Des mots pour dialoguer

La définition du mot « Pharisien », qui apparaît aujourd’hui dans les dictionnaires et dicte l’usage de ce terme, est entièrement influencée par certains passages des Evangiles synoptiques qui présentent les pharisiens contemporains de Jésus comme « hypocrites, orgueilleux, attachés à la lettre de l’observance ».

Cette image négative, véhiculée par la prédication pendant des siècles, ne prend pas en compte d’autres passages du Nouveau Testament où des pharisiens sont présentés avec sympathie : dans les Actes des Apôtres où à deux reprises ce sont des pharisiens qui prennent la défense des premiers chrétiens devant le Sanhédrin (Ac 5,34), et où Paul se proclame fièrement « pharisien, fils de pharisien » (Ac 23,6-9) .

Les critiques adressées aux pharisiens, particulièrement dans le chapitre 23 de l’évangile de Matthieu s’explique, de l’avis des historiens, par la polémique qui s’est développée au moment de la rédaction de ce texte, entre les judéo-chrétiens comme Matthieu et les pharisiens, seul groupe religieux à avoir survécu à la catastrophe de 70. Les traductions de ce chapitre accentuent souvent les reproches faits aux « pharisiens hypocrites » (et non à tous les pharisiens) en changeant le terme « Hélas ! » en « Malheur à vous ! » ; et les intertitres ajoutés au texte originel – « Condamnation », ou pire « Malédictions » - durcissent le ton jusqu’à la violence. Le désaccord avec les pharisiens (et les scribes) ne porte pas sur leur enseignement, mais sur leur comportement et leurs exigences excessives : « Faites donc et observez tout ce qu’ils vous disent ; mais n’agissez pas selon leurs œuvres… Ils lient des fardeaux pesants, et les mettent sur les épaules des hommes… » (Mt 23,3-4).

L’historien juif du 1er siècle, Flavius Josèphe, né à Jérusalem, a décrit trois courants qui se partageaient le judaïsme avant 70 : les sadducéens, les pharisiens, les esséniens. Il parle très favorablement des pharisiens dont le nom semble se rattacher à une racine hébraïque signifiant « séparer » ou « interpréter ». En effet, les pharisiens sont avant tout des interprètes de la Torah. Ils se sont séparés des sadducéens (au 2e siècle avant notre ère, semble-t-il) sur la question des traditions orales qu’ils ont développées, alors que leurs rivaux s’en tiennent à la Loi écrite. C’est ainsi qu’ils répondent à la théodicée par la croyance en la résurrection et que, sur la base des textes, ils essaient de concilier providence divine et liberté de l’homme. Au nombre de 6 000, selon Josèphe, les maîtres pharisiens sont réputés affables et rencontrent un grand écho parmi le peuple. Paradoxalement, si l’on compare les propos et les raisonnements de Jésus dans les Evangiles à la description des trois courants juifs de son temps, c’est des pharisiens qu’il apparaît le plus proche. C’est peut être aussi cette proximité qui explique sa sévérité à leur égard.

Quelques lectures : La Torah orale des Pharisiens, Pierre Lenhardt et Matthieu Collin, Cahiers Evangile supplément 73.

NB : Le Glossaire n’a d’intérêt que s’il résulte d’une recherche collective. Nous attendons vos remarques et vos critiques sur le travail présenté, mais aussi vos propositions de mots et d’analyses.

pour réagir, pas de commentaire, envoyez un mail à ajcf.glossaire@laposte.net