Accueil > Documentation > Politique > Israël et territoires palestiniens > Chrétiens en Israël et dans les territoires palestiniens > Eliezer Schilt : Des mots de honte aux mots de la prière

Eliezer Schilt : Des mots de honte aux mots de la prière

Quand j’ai vu les images, cette fois-ci, des murs de l’Assemblée des évêques à Jérusalem recouverts d’insultes et de menaces de mort à l’encontre « des chrétiens, des Arabes, à tous ceux qui haïssent Israël », je me suis senti tout de suite rempli de honte. Honte vis-à-vis des élèves de l’Institut Albert Decourtray où j’enseigne la prière juive et que j’allais retrouver dans l’après-midi. Honte vis-à-vis de tous les chrétiens de par le monde qui attende de leurs « frères aînés » un autre message.

Alors après un temps de réflexion, j’oserai reprendre les mots du Pape Jean-Paul II, dans un contexte tout différent, et dire aux chrétiens : « N’ayez pas peur ! »

N’ayez pas peur, les Juifs dans le monde et en Israël, ne peuvent qu’être horrifiés lorsque nous entendons aux nouvelles le matin que des extrémistes juifs qui ne représentent qu’eux-mêmes ont tagué les murs d’une église, d’un monastère ou d’un autre lieu de pèlerinage et de prière chrétien sur la Terre même où ont marché les Patriarches. Leurs actes odieux, profanateurs, vont à l’encontre de toute la Tradition issue de la Torah. Il heurte en premier lieu ceux qui viennent en Israël pour prier le Dieu unique révélé à Abraham et cher aux trois religions monothéistes. Juif, chrétien ou musulman, on ne peut qu’avoir du dégoût face à ces paroles mensongères, insultantes qui salissent non seulement les pierres des édifices attaqués mais aussi les cœurs des hommes. À commencer par ceux qui en sont les auteurs.

Comment peuvent-ils ignorer qu’Hillel nous apprend de ne pas faire à autrui ce que l’on ne voudrait pas qu’on lui fasse ? Comment peuvent-ils blesser l’autre, celui qui est fait à l’image de Dieu comme tout homme sur cette planète ? Comment peuvent-ils oublier ce que leurs pères ont subi pendant les années noires du siècle dernier et des autres siècles ? Comment peuvent-ils offrir à nos ennemis des armes en or massif où l’on pourra reprendre dans une propagande toute huilée : « Regardez, voilà le persécuté qui devient bourreau à son tour ! Voyez le sort des chrétiens et des musulmans que réservent les Juifs ! » ?

Ces groupuscules qui agissent dans l’ombre, à visage masqué, sauront-ils se rappeler ce vaste programme qui engage toute Juive et tout Juif : être une «  lumière pour les Nations » ?

En attendant, il m’importe de rappeler à nos frères chrétiens que le peuple juif, excepté cette frange dont il faut guérir, ne peut tolérer ces actes. Les politiques en Israël, dans leur ensemble, ont redit leur condamnation et leur volonté de lutter contre ce phénomène. Les actes doivent suivre. La vigilance doit grandir. Tout un chacun doit se sentir concerné par ce phénomène aujourd’hui ultra-minoritaire mais à qui l’on ne doit pas laisser de place, de peur que l’on s’habitue et que ces dégradations deviennent une norme dans nos pensées. Tous les hommes de foi doivent être aux côtés des politiques, si ce n’est au premier rang, dans la condamnation et le rappel des valeurs du judaïsme à ce sujet. Espérons que les timides pas en ce sens fleurissent à l’avenir !

À l’instar des trois mots, « paix, foi et tolérance », qui accompagnent l’affiche de bienvenue au Pape François qui ornent les grands axes de Jérusalem ces derniers jours, il nous faut grandir dans ces trois voies et espérons que nous pourrons effacer au plus vite ces mots de honte pour que tous, nous puissions faire monter des mots de prière, « de paix, de foi et de tolérance ».

Eliezer Schilt – enseignant à l’Institut Albert Decourtray – Jérusalem – Mai 2014

Pour d’autres informations et analyses sur les faits :
- La Vie : Qui se cache derrière le "prix à payer" en Israël ?

- La Croix : Faut-il prendre au sérieux les menaces antichrétiennes en Israël ?

L’AJCF, s’associe à Eliezer Schilt et condamne tous ces actes antichrétiens.