Accueil > Groupes AJCF locaux > Grand Est > Colmar > Activités > Colmar - Programme des activités 2017-2018

Colmar - Programme des activités 2017-2018

L’homme, jardinier de Dieu ? Judaïsme et christianisme face à la crise écologique

- Mardi 14 novembre 2017 : Dominique BOURG, philosophe, professeur à l’Université de Lausanne
Christianisme et écologie : 50 ans de controverses.
Salle des Catherinettes, 8 rue Kléber, 20h.

Depuis la publication par Lynn White dans Science en 1967 de son fameux article sur les « racines historiques de notre crise écologique », pointant dans le christianisme latin médiéval la « religion la plus anthropocentrique qui soit », les débats n’ont pas cessé sur la responsabilité du christianisme en matière d’écologie. Le conférencier rappellera la thèse le Lynn White, retracera les grandes étapes du débat et montrera en quoi ce dernier devrait s’éteindre. Il abordera bien sûr l’encyclique du Pape François, Laudato Si’, qui constitue une manière de réponse à Lynn White.

- Mardi 30 janvier 2018 : Yeshaya Dalsace, rabbin massorti de la communauté DorVador,
« Suis-je le gardien de ce monde ? L’homme face au défi écologique dans la pensée biblique et rabbinique ».
Salle des Catherinettes, 8 rue Kléber, 20h.

Le monde serait-il un jardin et l’homme son jardinier ? Pas si sûr. Et pourtant, les textes de la tradition juive poussent l’humanité à la responsabilité face à l’humain, face à l’environnement également. Plus encore, il existe un interdit de détruire. Quelles sont donc les incidences et les limites de cette problématique d’une brûlante actualité au regard du judaïsme ? Quelles réponses la tradition juive est-elle susceptible de nous apporter ?

- Mardi 20 février 2018 : Mgr Bruno Feillet, évêque auxiliaire de Reims, et Délégué de la Conférence des évêques de France aux questions écologiques.
« Dominer notre domination »
Salle des Catherinettes, 8 rue Kléber, 20h.

La conscience que l’homme a de lui-même au sein de l’univers a considérablement évolué. Les mythes, les religions, le scientisme, le désenchantement de ce monde face aux désillusions et la course à la croissance sont autant de tentatives pour répondre à l’angoisse des hommes face à l’immensité de la création. La foi chrétienne a pu être contestée sur sa manière de répondre à cette question fondamentale, pourtant elle peut protester de la force et de la pertinence de sa foi. Lauda-to si’ du Pape François en est un excellent exemple.

- Jeudi 22 mars 2018 : Michel Maxime Egger, écothéologien orthodoxe, responsable d’ONG, auteur d’ouvrages sur l’écospiritualité.
« La Création, mystère de la présence divine ».
Pôle Media Culture, 20h.

La crise écologique est la crise d’une culture qui a perdu le sens du sacré et de l’unité entre le cosmos, l’être humain et Dieu. Y répondre en profondeur exige de compléter l’écologie extérieure par une écospiritualité qui s’exprime dans des attitudes intérieures comme le respect, la gratitude, l’émerveillement et l’humilité. L’enjeu est de dépasser les dualismes dans lesquels l’Occident s’est enfermé, de redonner à la nature sa dimension de mystère habité d’une Présence, de redécou-vrir notre lien avec la Terre qui est partie intégrante de notre être. Il s’agit également de transformer notre cosmos intérieur en réorientant notre désir, captif du système économique qui épuise la planète.

- Mercredi 16 mai 2018 : Martin Kopp, doctorant en théologie protestante à l’Université de Strasbourg. Délégué de la Fédération luthérienne mondiale aux conférences climat COP19-20-21. Actuellement coordinateur du groupe climat de la Fédération protestante de France.
« La main verte ! Actions des chrétiens pour l’écologie »
Salle des Catherinettes, 8 rue Kléber, 20h.

Comment faire pour bien faire ? Après un bref rappel des données scientifiques et théologiques chrétiennes quant à la crise écologique, le conférencier mettra l’accent sur l’action écologique que les chrétien-ne-s peuvent mettre en œuvre aux niveaux individuel, collectif et politique : ses con-ditions, ses risques et ses opportunités. Il s’appuiera sur des exemples et proposera des pistes con-crètes pour être, en effet, les bons jardiniers de la création.

Pour chaque conférence, entrée libre, plateau.