Accueil > AJCF Nationale > Communiqués > Quelques réactions de l’AJCF

Quelques réactions de l’AJCF

Chers amis,

De nombreuses voix ont regretté l’absence de réaction de l’AJCF devant les événements qui se sont déroulés en Israël et à Gaza, devant ces nombreuses morts, d’hommes de femmes et d’enfants. Mais que dire ? Comment exprimer notre désolation devant toutes ces souffrances sans oublier de nous interroger sur leurs causes et sur les multiples responsabilités ? Rester au seul niveau de l’émotion est dans un premier temps bien naturel, car toute mort est un malheur, un échec de l’humanité, et combien nous aurions aimé que toutes celles qui ont eu lieu soient évitées. ! Mais pourquoi ces morts ? qui a pris l’initiative de ces terribles affrontements ? Comme s’interrogeait l’un d’entre vous, « faut-il qu’Israël soit plus humaine que les autres nations lorsqu’il s’agit de défendre sa frontière ? » Ces ruées de Gazaouis sur la barrière de séparation n’avaient-elles comme seul but d’échapper à un blocus (renforcé aussi de l’autre côté par l’Égypte) et connaître enfin la liberté ? Pourquoi faire semblant d’ignorer que, de l’avis de Palestiniens eux-mêmes, des membres du Hamas (dont la charte, ne l’oubliions pas, prône la destruction de l’Etat d’Israël et dont nous savons qu’il est appuyé et même infiltré par l’Etat Islamique) faisaient partie des manifestants ? dans une manifestation qui n’avait d’ailleurs rien, quoi qu’on en dise, de pacifique puisqu’aux jets de pierres se mêlaient ceux de cocktails molotov et d’objets incendiaires ? et – le plus scandaleux – que ces mêmes militants du Hamas encourageaient les femmes et les enfants à venir en première ligne ? Ce qui s’est passé est un véritable désastre, et pour les habitants de Gaza, trop souvent pris en otage, et pour Israël. Mais il serait bien injuste d’en rejeter toute la faute sur ce dernier. Quant à nous, qui sommes au loin, tout en condamnant la guerre et la violence d’où qu’elles viennent, nous avons le devoir de « rechercher la paix et la justice », donc aussi de chercher les informations des deux côtés, même si nous savons que de chaque côté la partialité existe ; et peut-être d’éviter de donner des leçons lorsque trop de choses nous échappent…

Jacqueline Cuche