Accueil > AJCF Nationale > La Lettre de l’AJCF > Lettre du 23 juin 2019

Lettre du 23 juin 2019




Cette lettre de l’AJCF sera, sauf circonstances imprévues, la dernière avant de nous retrouver en septembre. 

Aux traditionnels voeux de bon été et au rappel de notre premier rendez-vous de la rentrée prochaine (le mercredi 20 novembre, à 18h, pour le Prix AJCF 2019 qui sera décerné à Mgr Pierre d’ORNELLAS), il nous faut, hélas, ajouter des rappels d’une toute autre nature : 

Le 10 juin dernier, Latifa IBN ZIATEN, l’admirable "mère courage" du jeune soldat assassiné peu avant deux autres, en 2012, par le terroriste qui perpétua ensuite la tuerie de l’école OZAR HATORAH de Toulouse, cette femme qui, depuis, voue sa vie à prêcher auprès des jeunes la tolérance et le rejet de la haine, a découvert avec horreur sur les murs de sa maison, dans la banlieue de Rouen, des tags antisémites la menaçant de mort (elle, la musulmane) et faisant l’apologie de l’assassin de son fils.

Vous trouverez sur le site de l’AJCF la belle réponse de Latifa IBN ZIATEN au message d’amitié que je lui avais envoyé.

N’hésitons pas à faire connaître et à soutenir son association ("Imad pour la jeunesse et pour la Paix")

Moins d’un mois avant, le 15 mai, c’est une autre infamie qui était commise : dans le jardin mémorial des enfants du Vel d’Hiv’, inauguré à Paris il y a moins de 2 ans, on découvrit que la stèle érigée en leur mémoire avait été vandalisée, et que des badigeons de peinture noire cachaient le chiffre (4115) des jeunes victimes déportées et assassinées dans les camps de la mort, ainsi que les mots d’ "extermination", d’ "abominablement", etc.

Comment ne pas être horrifié devant la diffusion de tels messages de haine et d’antisémitisme ? une haine doublée d’une bêtise insigne quand est traitée de "sale juive" une musulmane, et d’une haine ignoble quand elle fait l’apologie de l’assassin de son fils, ou quand elle s’en prend à la mémoire d’enfants assassinés. 

Bruno CHARMET rappelle dans son beau livre les émouvantes paroles de Mgr DECOUTRAY méditant sur la déportation et l’assassinat à Auschwitz des enfants juifs, dont le souvenir le hantait : "Ces petits qui n’étaient que des enfants ordinaires, des enfants qui ne se savaient pas encore juifs, qui ne connaissaient pas encore le Seigneur. Des enfants qui ne sont pas morts pour Dieu mais à cause de Dieu, simplement parce qu’ils portaient les grands noms de Son peuple choisi..." (Approches juives et chrétiennes du Serviteur souffrant, p. 148, note 257).

Puisse une telle ignominie ne pas se reproduire ! et puissions-nous unir nos forces pour dénoncer et combattre sans relâche toute expression de haine, quelle qu’elle soit 



— >

ASSEMBLEE GENERALE DE L’AMITIE JUDEO CHRETIENNE DE FRANCE
 
Elle s’est déroulée à RENNES, au cours des deux journées du 30 et 31 mai dernier. Ces deux journées, extrêmement réussies, organisées de main de maître par le groupe Jules Isaac et son président Joël THIERRY, laisseront un souvenir inoubliable à leurs très nombreux participants. 


En illustration, cette photo souvenir, prise au cours d’une pause, témoignage de l’admirable échange qui a eu lieu le vendredi matin entre Mgr Pierre d’ORNELLAS et Jean-François BENSAHEL et de leur fraternelle complicité.


Vous trouverez sur notre site les principaux enregistrements des interventions et conférences de ces deux journées 
 



— >

SENS N° 424 - Mai-juin 2019

 

Ce numéro s’ouvre sur un billet de Sœur Dominique de LA MAISONNEUVE au sujet de la vague d’antisémitisme qui secoue la France, laquelle ne peut être contrée que par un effort de vigilance et le rappel de ce l’on doit au peuple juif.

Il se poursuit avec la publication des interventions lors de la remise du Prix de l’AJCF pour l’année 2018 à Raphy MARCIANO, ancien directeur de l’Espace culturel et universitaire juif d’Europe et de l’Institut Élie WIESEL, actuel directeur général de l’Alliance Israélite Universelle, et à Franklin RAUSKY, universitaire, enseignant au Collège des BERNARDINS. Ensemble, ils ont œuvré, en particulier dans le cadre du groupe de Sucy-en-Brie de l’AJCF, pour un dialogue fécond et exigeant avec le Christianisme. Successivement, François LEROSSIGNOL, le Grand Rabbin Gilles BERNHEIM le Frère Louis-Marie COUDRAY et le Père Patrick DESBOIS ont porté témoignage de leur rencontre avec les deux lauréats et de l’orientation de leur action. En réponse, l’un puis l’autre devait revenir sur son parcours en présentant la vision qu’il avait du dialogue et sur les enseignements qu’il en tirait.

LIRE LA SUITE  

ABONNEMENT A SENS ET LISTE DES NUMEROS PARUS



— >