Accueil > AJCF Nationale > Communiqués > L’AJCF condamne les propos et agissements de Dieudonné

L’AJCF condamne les propos et agissements de Dieudonné

Fidèle à ses engagements, l’AJCF condamne les propos et agissements de Dieudonné, clairement antisémites.

Nous reprenons les mots du Cardinal André Vingt-Trois : L’antisémitisme est un poison

Il semble que même les réactions contre les attaques verbales antisémites du triste Dieudonné soient maladroites et hésitantes. Certains et pas des moindres dans le microcosme médiatico-sportif le trouvent drôle. D’autres soutiennent qu’au nom de la liberté d’opinion on peut tout dire. Pourtant, s’il est difficile d’interdire les réunions publiques du minable saltimbanque, il peut parfaitement être condamné pour ses propos antisémites au cours de celles-ci. Comme la « quenelle » doit l’être. Ce n’est pas par hasard que ce geste a été fait devant l’école juive de Toulouse dont des enfants et un enseignant rabbin ont été assassinés par un monstre. Il est ainsi clair qu’il s’agit d’antisémitisme.

Le Cardinal Archevêque de Paris a raison de s’inquiéter de la mollesse de nombre de réactions, voire de leur absence de plus en plus fréquente, et de préciser que « Les provocations évoquées sont le symptôme d’une société dans laquelle on ne tient plus les seuils de protection, protection de l’identité propre de chacun. »

Extraits de l’entretien du cardinal André Vingt-Trois sur Radio Notre-Dame du 3 janvier 2014

Pour l’affaire Dieudonné, l’intervention de Manuel Valls a eu un effet salutaire dans la mesure où elle fait réfléchir, et il faut faire réfléchir. Car malheureusement l’histoire du XXe siècle a montré que la montée de l’antisémitisme n’est pas une révolution à grand spectacle, c’est une montée progressive, qui passe par des événements, des paroles, des articles, des spectacles… Rien n’est anodin en matière d’antisémitisme, comme pour la xénophobie ou la discrimination religieuse. Il est scandaleux que nous soyons insensibles à la dépréciation progressive des seuils à ne pas franchir. Une culture du respect de l’autre, des autres religions, doit se réimplanter d’une manière forte. Que l’on apprenne aux enfants qu’il y a des choses qui ne se font pas !

L’antisémitisme est un poison (…).

Ce poison détruit aussi bien ceux qui en sont complices que ceux qui en sont victimes, il faut donc lutter contre cela, notamment en éduquant les enfants dès leur plus jeune âge au respect de l’autre, c’est-à-dire accepter que ses copains de classe soient arabes, juifs, musulmans ou chrétiens, et en les respectant parce qu’ils sont des hommes, et non pas parce qu’ils appartiennent à telle confession ou de telle communauté.


Un rappel : le geste de la quenelle n’est pas anodin. Il a été « inventé » par Dieudonné pour son pseudo-parti antisioniste. Certains récusent, par ignorance ,naïveté ou bien pour se dédouaner, son caractère antisémite en le disant « anti-système ». Mais de quel système s’agit-il ? Pour Dieudonné, il s’agit du « système sioniste ».
La quenelle est donc un geste ouvertement antisémite, utilisé dans ce but devant des synagogues, à Auschwitz et même devant l’école Ozar Hatorah de Toulouse.