Accueil > AJCF Nationale > Le Prix annuel de l’AJCF > 2015 : Richard Prasquier > Interview de Richard Prasquier dans "Actualité Juive"

Interview de Richard Prasquier dans "Actualité Juive"

Le 8 octobre dernier, Actualité Juive interviewait Richard Prasquier à l’occasion du prix de l’AJCF 2015 qui lui a été remis le 15 octobre dernier.

Nous publions ici le texte de cet interview.

Le Prix de l’Amitié Judéo-Chrétienne de France 2015 sera remis le 15 octobre prochain à Richard Prasquier, qui oeuvre,on le sait peu, depuis de nombreuses années à resserrer les liens entre le judaïsme et le christianisme.

Actualité Juive : Comment ressentez-vous cet honneur ?
Richard Prasquier  : C’est un immense honneur. Les précédents récipiendaires, juifs ou chrétiens, sont pour moi des amis. Tous sont des phares. Toute minauderie écartée, je pense vraiment en recevant ce prix aux militants du dialogue que je connais, non seulement parce que beaucoup d’entre eux avaient autant ou plus de titres que moi à le recevoir, mais parce que, qu’ils soient célèbres ou, bien plus souvent, qu’ils ne le soient pas, c’est l’exemple de leur engagement qui m’a servi de boussole, des gens qui vous tirent par le haut, des lutteurs de fraternité qui portent l’espérance humaine et nous interdisent de la dissoudre dans des slogans sans contenu.

AJ : Au CRIF, pendant de nombreuses années, le dialogue judéo-chrétien a été au coeur de vos préoccupations…
R .P. : Je me suis occupé des relations judéo-chrétiennes à mon arrivée au CRIF sous la présidence de Henri Hajdenberg. C’était l’époque où l’histoire de la Shoah ébranlait les derniers barrages de silence, où le cardinal Decourtray était au premier rang des combattants de la mémoire, au procès Touvier comme au Carmel d’Auschwitz, l’époque où l’Eglise de France osait une autocritique d’une acuité exceptionnelle, et où je savais en même temps que, à titre individuel des chrétiens avaient été au premier rang des sauveteurs de juifs dans notre pays. En tant que Président du CRIF j’ai créé la CREC, Commission des relations avec les Eglises chrétiennes, présidée par Gérard Israël que je voudrais saluer ici, puis par mon amie Mireille Hadas Lebel, et dont Stéphanie Dassa est toujours l’âme et la cheville ouvrière. Les membres de la CREC considèrent tous que le dialogue judéo-chrétien est une nécessité absolue dans le monde d’aujourd’hui.

AJ : Dans quel sens ?
R.P. : La signification de ce dialogue est claire pour tous : pas de syncrétisme et le fait que les juifs restent juifs sans devenir des ersatz de chrétiens doit aider les chrétiens à devenir de vrais chrétiens. Nous sommes aux antipodes de la théologie de la substitution mais une fois cette base établie, nous nous permettons de faire souvent de l’histoire, parfois de l’analyse politique, parfois des considérations morales, parfois de l’analyse de texte, mais jamais de théologie, qui n’est pas dans notre sphère de compétence.●

PROPOS RECUEILLIS PAR SANDRINE SZWARC