Accueil > Documentation > Judaïsme et christianisme > Le judaïsme > Un tribunal de Cologne condamne la circoncision des enfants

Un tribunal de Cologne condamne la circoncision des enfants

Les faits : La justice allemande a été saisie du cas d’un médecin de Cologne qui avait circoncis un garçon de 4 ans à la demande de ses parents musulmans. Quelques jours après l’enfant a été admis à l’hôpital pour des saignements. Le médecin a ensuite été relaxé en instance et en appel en raison du flou juridique qui existe à ce jour autour de cette question.

La fédération Allemande des associations de dialogue inter-religieux a réagi à cette condamnation.
A lire : notre commentaire, la traduction de la réaction allemande avec le lien vers le texte original et quelques liens pour éclairer le sujet.

Ce que l’on peut en dire :
Ce jugement qui risque de faire jurisprudence invoque le droit de l’enfant à l’intégrité de son corps et considère que la circoncision constitue une atteinte irréversible à celle-ci. Il concerne surtout les médecins conduits à circoncire des garçons puisque cet acte est désormais considéré comme une blessure infligée au corps de l’enfant. Il semble indiquer que la liberté de pratique religieuse n’est pas remise en question puisque l’enfant peut pratiquer la circoncision s’il le souhaite une fois arrivé à l’âge adulte.

À première vue cela ne paraît pas irrationnel, mais cela ne tient aucunement compte des millions de musulmans et de plus de 100 000 Juifs résidents de nos jours en Allemagne qui considèrent que la circoncision est leur droit inaliénable en raison de l’exigence de leur pratique religieuse. Cet acte est pratiqué dans le Judaïsme par un Mohel, un spécialiste dûment formé et les accidents sont extrêmement rares. L’acte lui-même est relativement indolore et ne dure que quelques secondes alors qu’à l’âge adulte il s’agirait d’une véritable intervention chirurgicale. Si, dans nos pays, peu d’hommes sont circoncis, ce n’est pas le cas aux États-Unis par exemple où la circoncision est fréquente. Les considérations religieuses sont essentielles à la bonne compréhension de cette question. Pour les Juifs c’est Dieu lui-même qui la demande à Abraham comme signe de l’Alliance inscrit dans la chair (Genèse 17). Cette pratique est universelle pour tous les courants du Judaïsme et a résisté à toutes les affres de l’Histoire. Elle ne peut en rien être comparée à l’excision des organes génitaux féminins qui est pratiquée pour le plaisir des hommes et qui impose souvent aux femmes qui la subissent des souffrances atroces. De plus, elle est souvent invoquée comme un moyen efficace de lutter contre des maladies sexuellement transmissibles.

Si ce jugement fait jurisprudence, les Juifs et les Musulmans se sentiront une fois de plus stigmatisés, montrés du doigt et peut-être même criminalisés en raison de leur pratique religieuse. Ils continueront à circoncire leurs enfants de sexe masculin, mais le feront dans la clandestinité et les risques présumés deviendront véritables. L’alternative étant de quitter l’Allemagne pour une terre plus accueillante où, il faut l’espérer on ne leur interdira pas en plus l’abattage rituel.

Le communiqué du Conseil de Coordination des Associations de Dialogue judéo-chrétien en Allemagne

Un tribunal de grande instance de Cologne décide que la circoncision est une blessure irréversible à l’intégrité du corps humain.
Le Conseil de Coordination des Associations de Dialogue judéo-chrétien en Allemagne, le DKR, déclare qu’une interdiction de la circoncision pour motif religieux est anti-constitutionnelle et constitue une menace pour les Droits Fondamentaux.
La présidence et le conseil du DKR déclarent aujourd’hui que les Droits Fondamentaux de la République Fédérale d’Allemagne assurent la liberté de la pratique religieuse (article 4 des Droits Fondamentaux). La circoncision des garçons juifs pratiquée à l’âge de 8 jours est un commandement biblique « de la loi de Moïse du Sinaï » et de ce fait un élément constitutif de la pratique religieuse juive. De plus, elle est le signe de l’Alliance de Dieu avec son peuple.
Le DKR espère que ce jugement du tribunal de Cologne sera révoqué par la cour constitutionnelle. Dans le cas contraire, cette décision qui donne la primauté au droit de l’enfant en matière de circoncision sur le droit des parents à exercer librement leur religion laissera peu de place à une vie religieuse juive en Allemagne. Selon le DKR, ceci ferait de l’Allemagne un cas unique.
Le DKR assure la communauté musulmane de son entière solidarité dans cette question existentielle.

le texte original en allemand

Quelques liens :
- La source de l’information, en allemand : Financial Times Deutschland
- Le Jerusalem Post (en anglais)
- Le Point
- La Vie