Accueil > Documentation > Shoah > Marc-André Charguéraud : son analyse de la Rafle du Vel d’Hiv

Marc-André Charguéraud : son analyse de la Rafle du Vel d’Hiv

En septembre 1942 et en juillet 1943, Laval refuse de coopérer et des rafles massives sont annulées par les Allemands.

Rafle du Vel d’Hiv : Laval pouvait refuser sa complicité. 1942-1943

Par Marc-André Charguéraud,

Extrait du livre « 50 autres idées reçues sur la Shoah » à paraître en 2013
Copyright Marc-André Charguéraud. Genève. 2013. Reproduction autorisée sous réserve de mention de la source.

Dans Paris occupé, au cours de la rafle du « Vel d’hiv » les 16 et 17 juillet 1942, 12 884 Juifs étrangers sont arrêtés à Paris par la police sur l’ordre du gouvernement de Vichy dirigé par Pierre Laval. Ils sont remis aux Allemands qui les déportent vers la mort. Pire, si c’est possible, pendant le mois d’août 1942, Vichy déporte 10 500 Juifs de la zone libre vers la zone occupée. Ces mesures criminelles et déshonorantes marquent la France d’une tache indélébile. L’histoire indique qu’elles pouvaient être évitées sans entraîner de représailles de la part des Allemands.

Le texte complet :

Rafle du Vel d’Hiv : Laval pouvait refuser sa complicité. 1942-1943