Accueil > Documentation > Formations > Journées d’éveil au judaïsme > Journée d’éveil au judaïsme pour les communautés chrétiennes, dimanche 23 septembre 2012

Journée d’éveil au judaïsme pour les communautés chrétiennes, dimanche 23 septembre 2012

Pour la 20è année déjà, une journée d’éveil au judaïsme est proposée aux paroisses catholiques et protestantes.

Le dimanche 23 septembre 2012 a été choisi, dimanche entre les fêtes du Nouvel An Juif (Rosh Ha Shanah, 17 et 18 septembre 2012) et du Grand Pardon (Yom Kippour, 26 septembre 2012).

A lire à cette occasion : Pourquoi cette journée ? Par le Père Jean Dujardin

Pour la 20è année, les communautés chrétiennes sont invitées, au cours de la période des fêtes juives, à tisser ou à renforcer des liens amicaux avec des personnes ou des communautés juives de leur entourage, par l’envoi de cartes de vœux et d’affiches, ainsi qu’à en parler lors de leurs liturgies dominicales.

Le dimanche 23 septembre 2012 est choisi pour sensibiliser l’assemblée à l’enracinement de la foi chrétienne dans le judaïsme et à l’importance des liens personnels de connaissance et d’estime mutuelles à tisser.

L’Amitié Judéo-Chrétienne de France (AJCF) se réjouit de cette initiative qui fête cette année ses 20 ans.

Informations complémentaires et documents complémentaires

Les services pour les relations avec le Judaïsme mettent à la disposition des chrétiens des affiches et cartes de vœux pour cette occasion.

Pourquoi cette journée ? Par le Père Jean Dujardin

ancien directeur du Comité épiscopal pour les relations avec le judaïsme , membre du comité directeur de l’Amitié Judéo-Chrétienne de France.

Le dialogue entre Juifs et Chrétiens n’est-il pas d’abord une affaire de spécialistes ? À la limite une question marginale quand on considère les urgences pastorales de nos églises, quand on considère les multiples tâches auxquelles nos paroisses doivent faire face en début d’année, quand vivant auprès d’une communauté musulmane plus nombreuse, il nous semble urgent d’établir avec elle des relations de convivialité et si possible de dialogue ?
Alors, pourquoi cette journée d’éveil au Judaïsme ? Lorsqu’au concile Vatican II l’Église catholique a ouvert la voie à une redécouverte du peuple juif dans sa vocation unique, elle ne l’a pas fait en raison des circonstances même si les évènements de la guerre ont joué un rôle essentiel dans cette prise de conscience. Elle l’a fait parce qu’elle a compris dans sa méditation sur sa propre vocation, que le Seigneur n’avait pas rejeté son peuple, ce peuple dit St Paul "à qui appartiennent l’adoption filiale, la gloire, les alliances,…les promesses et aussi les patriarches et de qui le Christ est issu selon la chair, lequel est au-dessus de tout, Dieu béni éternellement" (Romains 9, 4-5).
Jésus est juif, il l’est par sa naissance, il l’est resté jusqu’à sa mort, et c’est au cœur du dessein de salut de Dieu sur le monde, de l’Église corps du Christ, Messie d’Israël, que nous devons regarder le peuple Juif. Il est le témoin vivant de l’histoire du salut dans laquelle la mission de Jésus s’inscrit. Sinon, comme le disait Jean Paul II, Jésus serait un « météore dans l’histoire ». Il n’est pas possible dans cette brève introduction de montrer toutes les richesses que nous pouvons en recevoir. C’est pourquoi cette journée n’est qu’un éveil.
À l’origine, elle fut inspirée par une initiative de l’épiscopat italien qui l’avait placée à la veille de la semaine de prière pour l’unité des chrétiens, dans la conscience de ce que les chrétiens divisés avaient reçu ensemble du peuple Juif.
En France, nous avons choisi de la célébrer entre la fête de Rosh ha-Shanah (fête du nouvel an juif) et de Yom Kippour (journée du grand pardon) moments exceptionnels dans la vie religieuse juive. Occasion pour nous de prendre conscience de l’importance pour notre foi de cette relation, occasion de manifester à la communauté juive notre reconnaissance par notre prière, une carte de vœux et des affiches. Selon l’expression de Paul nous avons été "greffés" sur la foi d’Israël, ce que Jésus avait déjà affirmé dans son dialogue avec la Samaritaine "car le salut vient des Juifs" (Jean 4,22b).