Accueil > Documentation > Judaïsme et christianisme > Lectures juives et chrétiennes de la Bible > Conférence de Michel Remaud : “Jonas, Paul et l’amour d’Israël”

Conférence de Michel Remaud : “Jonas, Paul et l’amour d’Israël”

Le dimanche 9 février 2014 dans le cadre du Conseil national de l’AJCF, à Paris, nous avons reçu Michel Remaud, directeur de l’Institut Albert Decourtray, Institut chrétien d’études juives et de littérature hébraïque pour une présentation de l’IAD et une conférence sur le thème “Jonas, Paul et l’amour d’Israël”.

A écouter en ligne ou à télécharger ci-dessous

- Pour écouter en ligne  : cliquer ci-dessous
- Pour télécharger  : cliquer-droit puis "enregistrer la cible du lien sous ..."

Michel Remaud, meilleure qualité
Jonas, Paul et l’amour d’Israël
Michel Remaud (qualité réduite mais fichier plus petit)
Jonas, Paul et l’amour d’Israël

L’assistance, près de 80 personnes, a beaucoup apprécié ce moment.

Le sujet de cette conférence a fait l’objet d’un article plus détaillé paru dans la Revue Théologique de Louvain  :

Paul et Jonas, Conversion des païens et salut d’Israël

Revue Théologique de Louvain, Volume : 44 ; Issue : 1 ; Date : 2013
Pages : 82-95

Résumé  : Selon une tradition juive ancienne, c’est par amour de son peuple que Jonas avait décidé de ne pas se rendre à Ninive : il craignait que la conversion des Ninivites ne se retournât comme un motif de condamnation contre Israël. Cette tradition peut être mise en parallèle avec ce que dit l’Évangile sur le « signe de Jonas », mais aussi avec les chapitres 9 à 11 de l’épître aux Romains, dans lesquels Paul déclare au contraire que la conversion des païens, à laquelle il consacre son ministère, doit entraîner finalement le salut d’Israël. Dans son commentaire sur le livre de Jonas, saint Jérôme, qui connaît la tradition juive, souligne que Paul et Jonas ont en commun d’être prêts à sacrifier leur vie pour le salut d’Israël : pour l’un comme pour l’autre, la conversion des païens ne saurait s’accompagner de la condamnation de leur peuple.

Vous pouvez acheter l’article complet en ligne sur le site de éditions Peeters, pour 14 €.