Accueil > Documentation > Politique > "Artisans de paix" > "Artisans de paix" - Mai 2016

"Artisans de paix" - Mai 2016

Durant ce mois de mai 2016, le conflit social a bien souvent occulté les événements importants qui promeuvent le vivre ensemble, aussi bien dans les rencontres au sommet comme entre représentants des grandes religions que dans des rencontres plus modestes mais si riches d’expérience comme le sport, car « la culture de la rencontre nous protège de n’importe quelle forme de culture du rejet »1 .

 Le sport comme « artisan de paix »

- « Footez-nous la paix », cri du cœur de jeunes marseillais
Au tout début du mois de mai, le CRIF de Marseille a organisé un match de foot à Haïfa, entre une équipe de petits marseillais juifs, musulmans et catholiques et celle du Maccabi Haïfa club. L’idée : se servir du foot comme vecteur de paix et éradiquer ainsi le fondement de l’antisémitisme des banlieues.
http://www.laprovence.com du 3 mai 2016

- « Soyez des champions en sport, mais surtout dans la vie »
« Le succès d’une équipe est le résultat d’une multiplicité de vertus humaines : l’harmonie, la loyauté, la capacité d’amitié et de dialogue, la solidarité ». C’est ce qu’a dit le pape François aux joueurs rencontrés à l’occasion de la finale de la Coupe d’Italie. Pour lui, le jeu du football peut « constituer un message positif pour la société toute entière. »

 Nations Unies et religions

- ONU : Un débat de l’Assemblée Générale sur les religions pour la paix
Sur le thème de « l’harmonie interconfessionnelle – promouvoir le dialogue et la tolérance interreligieux ainsi qu’une culture de paix », le nonce apostolique auprès de l’ONU rappelle six principes fondamentaux à commencer par « un rejet total et inconditionnel de la violence au nom de la religion. »

- Tokyo : sommet de l’Alliance des civilisations des Nations Unies (UNAOC) et de Religions pour la paix
Le secrétaire du Conseil pontifical pour le dialogue interreligieux, plaide pour que la consultation conduise au respect de tous, quelle que soit l’identité religieuse et à un engagement à soutenir les droits des minorités au Moyen-Orient. Les religions peuvent se mettre ensemble au service du bien commun et contribuer à l’épanouissement de chaque personne et à la construction de la société en promouvant la citoyenneté et une véritable coexistence pour tous.

 Les religions en dialogue

- Le grand imam d’Al-Azhar au Vatican
Lors de la visite du grand imam d’Al-Azhar au Vatican, « le message, c’est notre rencontre » a dit le pape François, confirmant sa volonté de mener un dialogue actif avec l’islam.

- Trois thèmes principaux ont été à l’ordre du jour des conversations :
« l’engagement commun des autorités et des fidèles des grandes religions pour la paix dans le monde », le « refus de la violence et du terrorisme », la « situation des chrétiens dans le contexte des conflits et des tensions au Moyen-Orient et leur protection ».

- Appel du grand imam El-Tayeb
À l’issue de sa rencontre avec le pape François, le grand imam a lancé un appel au monde entier afin qu’il puisse s’unir et serrer les rangs pour affronter et mettre fin au terrorisme.

- Le grand imam d’Al-Azhar à Paris
La première visite officielle en France du grand imam d’Al-Azhar s’est ouverte par une conférence internationale organisée par la communauté de Sant’Egidio sur le thème « Orient et Occident, civilisations en dialogue ».
Rappelons que la communauté de Sant’Egidio, organisation catholique internationale de laïcs, œuvre dans de nombreux domaines et particulièrement dans le dialogue interreligieux.

- Un colloque Vatican – Jordanie
À Rome, pour leur 4e colloque, le Conseil Pontifical pour le dialogue interreligieux et l’Institut royal pour les études interreligieuses de Jordanie ont choisi pour thème « Les valeurs communes dans la vie sociale et politique : perspectives chrétiennes et musulmanes ». La déclaration finale porte sur 8 points rappelant que les religions ont un rôle humanisant et civilisateur quand leurs disciples s’engagent à adorer Dieu et aimer l’autre en prenant soin de lui.

- Soufisme : le chef des Bektachis d’Albanie reçu par le pape François
La communauté Bektachi, une branche du soufisme, est un courant du mysticisme musulman qui transmet la paix, la fraternité et la foi dans le Seigneur. C’est un pont entre l’Occident et l’Orient.
Lors de la rencontre, il s’agissait de réaffirmer la valeur du dialogue, de la fraternité et de l’importance que les communautés religieuses ont pour la société d’aujourd’hui.

- Un message chrétien pour la fête bouddhiste de Vesakh
La fête de Vesakh, ou fête des moissons, célèbre la naissance, l’éveil, et la mort du Bouddha. Le message envoyé à cette occasion par le Conseil pontifical pour le dialogue interreligieux invite bouddhistes et chrétiens à promouvoir ensemble une éducation écologique. « En cultivant un regard intérieur et la compassion, nous serons en mesure d’agir avec amour, et non avec la peur, pour protéger notre planète. »

- Maroc : islam et judaïsme revisitent leur histoire commune
À Rabat, s’est tenue une conférence de la communauté juive marocaine, organisée à l’initiative du Sepharadic Legacy Series en collaboration avec la communauté juive marocaine de Toronto et l’Association Mimouna. L’enjeu : revisiter, reconstruire et approfondir une relation et une proximité enracinées dans des siècles d’histoire commune.

- Il s’agissait en particulier de renouer avec les diasporas juives marocaines.
Rappelons que l’association Mimouna a été créée en 2007 par un groupe de Marocains conscients de leur devoir de citoyens de célébrer la diversité du Royaume en préservant le patrimoine judéo-marocain.

- Tunisie : le pèlerinage à la synagogue de la Ghriba à Djerba
La magie d’un pèlerinage est dans la rencontre des cultures, dans la sacralité protégée. La prière devenant le point d’estime et de respect par excellence, « la magie porte alors un nom, elle s’appelle l’amour du prochain. »

 Europe

- Le Prix Charlemagne 2016 attribué au pape François
Le pape François est le premier non-européen à recevoir le Prix Charlemagne en raison de son engagement pour une Europe plus unie et fidèle à ses valeurs fondatrices. Il souhaite « une Europe capable de donner naissance à un nouvel humanisme fondé sur trois capacités : la capacité d’intégrer, la capacité de dialoguer et la capacité de générer ».

 Un sommet humanitaire mondial à Istanbul

- 

Istanbul : premier Sommet humanitaire mondial


Un des enjeux du sommet : simplifier la chaine de solidarité afin d’éviter les déperditions de moyens et harmoniser les procédures.

- Oser le changement !
« Changeons nos modes de vie, nos politiques, nos choix économiques, nos comportements et nos attitudes de supériorité culturelle ». C’est le défi lancé par le pape François à l’occasion du premier Sommet humanitaire mondial d’Istanbul.

- La prévention des conflits armés est possible, ce n’est ni un rêve ni une illusion.
Les régions qui jouissent de la paix, de la sécurité et de l’absence de conflits armés en sont la preuve…

- Le chemin pour prévenir les conflits :
« Investir dans le développement durable et intégral qui ne laisse personne en arrière, aussi petit soit-il. »

- Le rôle central de la mobilité humaine :
La migration est en soi un élément constitutif de la vie internationale. « Elle nous met au défi de développer une vision transnationale correcte qui aille bien au-delà des évaluations étroites d’événements mondiaux en vue d’une nouvelle vision culturelle sociale et économique… »

- « Non » aux actes de violence contre les femmes
Faire respecter les normes qui protègent l’humanité…

 Japon : la visite du président Obama

- Barak Obama à Hiroshima : « Il y a 71 ans la mort est tombée du ciel »
Rappelant la folie des hommes dans leur quête d’innovation pour donner la mort, le président Barak Obama appelle à un monde sans armes nucléaires.
« Nous trouvons facile de justifier la violence par une cause supérieure… Le progrès technologique sans un progrès dans les institutions humaines peut faire beaucoup de mal… Que devons-nous faire de différent pour empêcher qu’une telle souffrance se renouvelle ? … Prévenir les conflits à travers la diplomatie… Œuvrer pour mettre fin aux conflits après qu’ils ont commencé… Réinventer les liens entre nous en tant que race humaine… Nous faisons partie d’une seule famille… Nous préférons tous que les merveilles de la science se focalisent sur l’amélioration de la vie plutôt que sur sa destruction…