Accueil > Documentation > Culture > Art > Le vitrail de la paix de Marc Chagall

Le vitrail de la paix de Marc Chagall

L’en-tête de notre site Internet est extrait du "Vitrail de la paix" de Marc Chagall.
Ce vitrail se trouve au siège des Nations Unies, à New York.

Nous avons demandé à sœur Louise-Marie Niesz, nds, de nous le commenter.

-------------------------------------

Ce vitrail est dédié à la mémoire de Dag Hammarskjöld et ses compagnons tombés en service dans un accident d’avion le 17 septembre 1961.

C’est un don de Marc Chagall et du STAFF des Nations Unies ; il est intitulé : La Paix et a été inauguré le 17 septembre 1964.

Pour bien le comprendre il faut l’inventorier face à différentes séquences du livre du prophète Isaïe, car il ne s’agit de rien moins que de la PAIX MESSIANIQUE.

Commençons donc par reprendre ces textes :

Le peuple qui marchait dans l’obscurité
A vu une grande lumière ;
Sur ceux qui habitaient un pays ténébreux
Une lumière a resplendi,
Tu as provoqué une grande joie comme dans la liesse de la moisson,
Comme on est dans l’allégresse au partage du butin
L’Empire sera grand et la PAIX sans fin
Sur le trône de David et dans son royaume,
Il l’établira et le maintiendra
Par le droit et par la justice,
Dès maintenant et à jamais.
Voilà ce que fera le zèle du Seigneur des armées.(Is 9,1- 6)

Un rejeton sortira de la souche de Jessé,
Un surgeon poussera de ses racines (Is 11,1)

Alors le loup sera l’hôte de l’agneau,
la panthère se couchera près du chevreau ;
le veau et le lionceau mangeront ensemble,
un petit enfant les mènera ;
la vache et l’ourse fraterniseront,
leurs petits gîteront ensemble
le lion, comme le bœuf, mangera de la paille.
Le nourrisson jouera près du trou de la vipère……(Is 11, 8)

Commentaire :

Ce vitrail de Chagall évoque tout entier la vision du prophète Isaïe sur la PAIX messianique. Il conviendrait donc, loupe à la main, de faire l’inventaire de tous les éléments qu’il contient et de les identifier en référence au texte d’Isaïe.
On peut y distinguer deux parties : à gauche, dans un univers pacifié, les hommes et les animaux semblent saluer l’avènement de la paix universelle, à droite, la foule de l’humanité se presse au pied de la croix. Ces deux univers entourent la double figure centrale du couple originel qui semble surgir d’un bouquet éclatant de roses et de rouges.

Le prophète Isaïe inspirateur de l’ensemble y est en bonne place et de grande taille (ce qui pour Chagall indique l’importance du personnage).

Un mouvement circulaire entraine le regard depuis le bouquet central vers la figure dressée du serpent, la longue et élégante maternité rouge, remonte vers le haut parmi différentes figures, parmi lesquelles on reconnait Abraham, et rejoint le point de départ par l’émouvante déposition de croix, du sommet. Le regard circule dans cet espace cosmique où se déploie la Fête de la Réconciliation universelle.

Sœur Louise-Marie Niesz